Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Bien que souvent associée à l’usage d’une importante quantité de matériel et d’un large studio, la photographie de portrait à l’aide d’éclairage artificiel peut être pratiquée avec une configuration à la fois moins onéreuse, plus mobile et beaucoup plus simple à utiliser. L’emploi d’un flash cobra en tant qu’unique source constitue en effet une solution intéressante pour comprendre les principes de base de l’éclairage, tout en obtenant des photographies de qualité. Voici nos 5 conseils pour éclairer vos portraits avec un flash cobra.

Qu’est-ce qu’un flash cobra ?

Comme tout type de flash, le flash cobra est un dispositif d’éclairage qui produit une lumière intense pendant un court laps de temps et dont le rôle est d’éclairer un sujet placé au sein d’un environnement sombre. Il se distingue cependant d’un flash intégré à un appareil photo par son caractère amovible, ses dimensions plus imposantes, sa puissance plus importante et sa tête orientable. S’il est en priorité utilisé en situation de reportage pour combler un manque de lumière, ses caractéristiques lui octroient un certain potentiel créatif. Pour réaliser des portraits, il est possible de l’orienter, de le déplacer ou encore de le combiner à d’autres accessoires de manière à modeler la lumière qu’il produit.

Flash Canon 430EX III RT
Le Speedlite 430EX III RT constitue le milieu de gamme des flashs cobra Canon.

Tous les flashs cobra sur Miss Numérique
Le Canon Speedlite 430EX III RT

#1 Jouer avec la réflexion de la lumière

Le premier de nos conseils fait appel à la possibilité d’orienter la tête du flash cobra. Si le fait de pointer le flash dans une autre direction que celle du sujet peut sembler contre-intuitif, un tel dispositif a bien souvent pour avantage de produire un éclairage au caractère esthétique plus prononcé et à l’aspect plus naturel. Lors de l’utilisation d’un flash intégré ou d’un flash cobra orienté directement vers le sujet, la lumière produite émane en effet d’une source de petite taille et suit une trajectoire similaire à l’axe de prise de vue. Ce qui a pour effet de produire des ombres dures dont la nature trahit la présence d’une source de lumière artificielle.

Pour remédier à cela, il est possible d’orienter son flash vers une large surface dans l’environnement (bien souvent un plafond ou un mur) qui autorise une réflexion de la lumière. Notez que pour éviter de fausser les couleurs de la scène photographiée, il est préférable que la surface visée soit blanche. Cette technique produit un éclairage indirect diffus qui se montre bien plus flatteur pour les traits d’un modèle qu’un classique éclairage direct. L’emplacement de la surface utilisée influe de plus sur l’effet esthétique de la lumière : une réflexion sur le plafond produit une lumière extrêmement diffuse, tandis qu’une réflexion à l’aide d’une surface placée sur le côté du modèle produit un éclairage plus marqué, et peut ainsi donner une impression de relief plus conséquente.

#2 Changer l’emplacement du flash

Comme nous l’avons évoqué précédemment, l’un des principaux avantages du flash cobra relève de son caractère amovible. Au lieu d’être simplement fixé à la griffe porte-flash d’un appareil photo, un tel accessoire peut donc être utilisé de manière déportée. C’est-à-dire à un emplacement distant du boîtier photographique – c’est ce qu’on appelle le strobisme. Tout comme dans le cas de l’usage d’une surface en tant que réflecteur, un tel dispositif permet de produire un éclairage dont l’orientation ne se confond pas avec l’axe de prise de vue. Il est ainsi bien plus facile de façonner une lumière reproduisant des conditions d’éclairage réelles. Par exemple, en positionnant une source au-dessus du modèle et orientée à 45° vers le bas de façon à simuler l’orientation de la lumière du jour.

Le déclenchement d’un flash cobra, qui se fait habituellement grâce à sa connexion à la griffe porte-flash d’un appareil photo, nécessite l’utilisation d’un système de déclenchement à distance pour l’emploi d’un flash déporté. Branché d’une part au boîtier et d’autre part au flash, un câble PC (dit « synchro-flash ») permet la synchronisation entre les deux appareils. Pour se passer de câble, la plupart des flashs disposent d’un système de déclenchement optique ; c’est un éclair émis par le flash intégré au boîtier photo qui indique au flash déporté à quel moment il doit produire son propre éclair. C’est néanmoins l’utilisation d’un système de déclenchement par ondes radio qui octroie le plus de polyvalence. Lorsqu’un émetteur est fixé à l’appareil et qu’un récepteur est intégré – ou adjoint – au flash, il est en effet bien souvent possible de contrôler les paramètres de ce dernier à distance, voire même de l’utiliser en mode TTL.

Déclencheur radio Godox X2T
Compatible avec les flashs Godox équipés d’un récepteur radio, le déclencheur X2T autorise le contrôle et le déclenchement de ceux-ci à distance. Ce produit est proposé en différentes versions, respectivement compatibles avec les appareils photo Nikon, Canon, Fujifilm, Sony, Pentax et Olympus.

Tous les déclencheurs sans fil sur Miss Numérique

#3 Utiliser des modeleurs de lumière

Une fois le flash cobra placé à distance du boîtier, un problème persiste : la petite taille de cette source lumineuse produit un éclairage dur, peu adapté au portrait. La dureté d’un éclairage et des ombres qu’il engendre dépend en effet de la taille de la source de lumière par rapport au sujet qu’elle éclaire. Aussi appelée source ponctuelle, une source de petite taille (telle que le soleil par temps dégagé) engendre une lumière dure. A contrario, une source de grande taille (telle qu’un ciel couvert) produit une lumière douce et des ombres diffuses.

S’il offre bien entendu moins de possibilités qu’un flash de studio, un flash cobra peut être utilisé avec des modeleurs de lumière. La fonction de ces accessoires est de modifier la qualité de l’éclairage, notamment en transformant une lumière dure en une lumière douce. Adjoindre un parapluie ou une boîte à lumière à un flash cobra revient en effet à transformer une source ponctuelle en une source de plus grande taille – au lieu de provenir de la seule surface de la tête du flash, les rayons lumineux qui éclairent le sujet proviennent d’une surface plus étendue. Un tel éclairage est bien souvent à privilégier en portrait, car il adoucit les traits du visage du sujet et se montre ainsi plus flatteur. Précisons cependant que la grande variété des modeleurs de lumière offre bien d’autres possibilités – l’utilisation d’un snoot permet par exemple de restreindre l’étendue du faisceau lumineux.

Modeleur de lumière
Exemple de boîte à lumière montée sur un flash cobra à l’aide d’un adaptateur tel que le Godox S. Photo : Adil Celebiyev/Shutterstock.

Tous les modeleurs sur Miss Numérique

#4 Marier la lumière artificielle du flash cobra à la lumière naturelle

Par rapport aux imposants et lourds flashs utilisés en studio, le flash cobra a pour avantage de se transporter aisément et facilite ainsi les prises de vues en extérieur. Plutôt que d’utiliser uniquement la lumière artificielle qu’il produit, il propose ainsi de la marier à l’éclairage naturel. Cela permet par exemple de profiter des caractéristiques esthétiques d’un contre-jour provoqué par la lumière du soleil (fort contraste, contours lumineux du sujet qui le détachent de l’arrière-plan) tout en débouchant les ombres du visage du modèle à l’aide de lumière artificielle. Il faut néanmoins garder à l’esprit que la puissance d’un flash cobra est limitée et que l’effet sur l’image d’un tel accessoire se montre par conséquent dérisoire par rapport au soleil d’une chaude après-midi d’été.

Pour créer un juste équilibre entre lumière artificielle et lumière naturelle, il faut être en mesure de contrôler la puissance de son flash cobra. Il convient donc d’utiliser ce dernier en mode manuel ou en TTL avec la correction d’exposition. Si vous avez le temps d’effectuer quelques réglages, la marche à suivre ci-dessous nous semble à privilégier : oubliez votre flash quelques instants et concentrez-vous tout d’abord sur les paramètres de prise de vue de votre appareil photo. Ceux-ci doivent être ajustés de manière à ce que l’exposition du décor environnant et votre sujet vous conviennent – quitte à ce que le sujet lui-même soit sous-exposé. Paramétrez ensuite votre flash cobra de façon à ce qu’il procure un éclairage suffisant à votre modèle.

#5 S’essayer aux gélatines et filtres de couleur

Si la lumière produite par un flash cobra peut être façonnée avec des modeleurs, elle peut également l’être grâce à des gélatines et filtres de couleurs. Conçus pour être attachés directement au flash (à l’aide d’une attache en caoutchouc ou de bandes Velcro), ces accessoires se divisent en deux catégories : les filtres correcteurs et les gélatines autorisant la création d’effets colorés.

Disposant d’une température de couleur d’environ 5 500 K, la lumière produite par les flashs se marie en général plutôt bien avec la lumière du jour, mais nécessite une correction lorsqu’elle doit être associée à des sources d’éclairage artificiel. En corrigeant la température de couleur de manière à ce qu’elle atteigne environ 3 200 K, un filtre orange de type CTO permet à un flash cobra de produire une lumière disposant d’un aspect similaire à celle d’une lampe tungstène. Cela peut donc être utile lors de la réalisation de portraits en intérieur – si vous souhaitez conserver l’éclairage ambiant ou si vous n’avez aucun contrôle sur celui-ci. Une gélatine de couleur verte peut quant à elle trouver son utilité lorsque l’éclairage d’une pièce est assuré par des tubes fluorescents.

Proposant des couleurs variées, certains autres filtres ont pour seul but la création d’effets colorés. Avec ces derniers, il n’est donc pas question de s’adapter à la lumière ambiante pour y ajouter un éclairage discret, mais plutôt de laisser parler votre créativité de manière à créer des ambiances marquées.

Gélatines de couleur
La marque Rogue propose un ensemble de vingt gélatines de couleur ainsi qu’un système d’attache compatible avec la plupart des flashs cobra.

Pour résumer

En vogue depuis maintenant plusieurs années, la réalisation de portraits à l’aide de flashs cobra ne constitue pas uniquement une alternative peu onéreuse à l’éclairage de studio, elle permet aussi de se libérer des contraintes de ce dernier grâce à du matériel léger et simple d’utilisation. Bien entendu, il est tout à fait possible de dépasser les quelques conseils prodigués à travers cet article. Une fois à l’aise avec un unique flash cobra, il est en effet conseillé de faire l’acquisition d’un deuxième accessoire de ce type afin de multiplier les sources de lumière et ainsi mettre en place des dispositifs d’éclairage plus complexes.

Avatar de Lucien de MissNumerique
Auteur

Photographe, auteur et formateur. Il est un grand spécialiste de l'industrie de l'image. La photo et la vidéo n'ont pas de secret pour lui.

Écrire un commentaire

Retour en haut