Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Des débats sans fin qui animent les communautés de photographes, la question du choix de la focale fixe ou du zoom se fait encore et toujours entendre. S’il n’y a pas de réponse évidente et unanime sur le sujet, nous allons voir ici quelques raisons pour privilégier les focales fixes aux focales variables.

Rappel sur les focales fixes

Avant de plonger dans le coeur du sujet, prenons quelques minutes pour recontextualiser le débat. Disons qu’il y a deux écoles de photographes, généralement et grossièrement résumées par ; la vieille école qui travaille aux focales fixes et la nouvelle école qui privilégie le zoom.
Ceci peut s’expliquer assez facilement par le fait que jusqu’il y a peu, les performances des zooms étaient loin d’être aussi satisfaisantes qu’aujourd’hui et que beaucoup de photographes préféraient encore avoir 3 ou 4 focales fixes de bonnes qualité qu’un zoom qui couvre toutes les plages de focales.

Même si les choses ont beaucoup changé ces dernières années, le débat fait toujours rage et divers arguments s’affrontent sans jamais se départager. Pour certains, il s’agit de considérations matérielles ou économiques, pour d’autres les focales fixes sont aussi et surtout plus exigeantes et un “vrai” photographe se doit de travailler avec des focales fixes.

Tout ceci n’est que débat et chacun se fait sa propre opinion sur ce sujet. Pour notre part, nous allons voir pourquoi vous devriez privilégier les focales fixes.

1- Une plus grande ouverture

De part la simplicité de leur construction dédiée à une seule plage focale, les objectifs fixes offrent généralement un diaphragme qui s’ouvre beaucoup plus que les objectifs “zoom”. Là où les objectifs à focale variable offrent des ouvertures le plus souvent à f/3,5, f/2,8 maximum, les focales fixes ouvrent très souvent à f/1,8 voir f/1,4 ou plus.

Pour un novice, la différence entre f/1,8 et f/3,5 ne semblera pas forcément importante. Pour autant, dans la réalité, cette différence représente une variation de 2 diaph (+2IL), soit quatre fois plus de lumière disponible. Ce gain de 2IL va vous permettre de pouvoir faire de meilleures photos lors de conditions de basses lumières sans avoir à augmenter la sensibilité ISO qui, elle, aura tendance à générer du bruit électronique souvent disgracieux.

Mais, cette ouverture plus grande permet aussi de jouer avec la profondeur de champ et d’obtenir un joli flou d’arrière-plan. Idéal pour détacher un sujet de l’arrière plan comme il est d’usage en photo de portrait, par exemple.

Focales fixes : grande ouverture.
Photo : TTstudio / Shutterstock.

2- Un meilleur piqué

Le piqué de l’objectif, ce qui fait que votre photo est plus fine, plus nette, est corrélé par différents facteurs. Parmi ces facteurs se trouve la qualité des lentilles et leur nombre. Contrairement aux objectifs “zoom” qui sont composés de nombreuses lentilles pour être performants à plusieurs focales, les focales fixes ont un nombre de lentilles limitées et surtout optimisées pour être performantes à la focale donnée et donc, de fait, donnent généralement un meilleur piqué.

De plus, pour un piqué optimal, il faut généralement fermer le diaphragme de 1 ou 2 stop par rapport à son ouverture maximale. Ainsi, pour un objectif zoom de kit qui ouvre à f/3,5, il faudra ouvrir à f/5,6 voire f/8 pour avoir un meilleur piqué, alors qu’avec un objectif fixe qui ouvre à f/1,8, le piqué sera déjà bien meilleur à partir de f/2,8 voire excellent à f/4, ce qui n’a rien de négligeable.

Focales fixes : piqué.
Photo : Lena Serditova / Shutterstock.

3- Un moindre encombrement

De part la simplicité de construction, les focales fixes sont généralement plus petites, plus légères, bref moins encombrantes qu’un zoom de qualité équivalente. Ainsi, en voyage, en déplacement ou en reportage, si vous savez déjà ce que vous voulez photographier, vous n’aurez que des avantages à prendre 1 ou 2 focales fixes. Un gain de place et de poids assurés. Un 35 mm et un 85 mm seront toujours plus légers que de prendre un 24-70 mm et un 70-200 mm, alors que vous n’utiliserez peut être pleinement que le 24-70 mm et très peu le 70-200 mm.

Bien entendu, si ce n’est pas le cas, ou si c’est pour prendre 4 focales fixes avec vous “au cas-où”, cet argument ne tient pas la route, tout sera alors plus lourd, plus encombrant, bref, moins pratique.

Focales fixes : encombrement.
Photo : EKKAPHAN CHIMPALEE / Shutterstock.

4- À chaque pratique sa focale

En fonction de ce que vous comptez photographier, il y a des focales qui sont plus moins recommandées. Alors, si en plus ces dernières sont plus performantes que des zooms, pourquoi s’en priver. En général, on limite les focales fixes aux 24 mm, 35 mm, 50 mm, 85 mm, 105 mm et 200 mm. Chacune ayant sa spécificité et même si des intermédiaires et plus longues existent.

  • La 24 mm va être privilégiée pour la photographie de paysage ;
  • La 35 mm est LA focale pour le reportage photo et la street photo ;
  • La 50 mm, le best-seller des focales, c’est celle qui se rapproche le plus de l’angle de la vision humaine, peut servir au portrait et un peu pour tout sans pour autant être idéale spécifiquement ;
  • La 85 mm est clairement destinée à la photographie de portrait ;
  • La 105 mm peut aussi servir au portrait, mais c’est aussi la focale parfaite pour la macro, si votre objectif est macro, bien entendu ;
  • Les 200 mm et plus sont destinées à la photographie animalière, sportive, etc.
Focales fixes : focale.
Photo : Mehaniq / Shutterstock.

5 – L’école de la discipline

Au début, beaucoup critiquent les focales fixes “parce qu’on ne peut pas zoomer”, ce qui peut sembler être à première vue une contrainte. En réalité, la focale fixe est un formidable outil d’apprentissage et d’épanouissement. Parce que justement, on ne peut pas zoomer. La seule manière de le faire est avec les pieds, en marchant, en se positionnant autrement. De fait, si vous êtes mal placé votre photo ne sera pas satisfaisante, impossible de la rattraper avec un petit coup de zoom. La focale fixe va alors vous aider à mieux anticiper votre photo et votre placement, vous apprendrez à mieux composer en apprenant à inclure ce que vous n’auriez pas voulu inclure autrement, ou tout simplement à ne pas déclencher parce que ce n’était pas possible à cet instant.
En résumé, la focale fixe vous apprend à être plus rigoureux dans votre composition, à être un peu moins paresseux, réduisant par là votre ratio de photos inutiles.

Focales fixes : discipline.
Photo : zoff / Shutterstock.

6 – Un rapport au sujet différent

Que ce soit en photos de vacances, en reportage ou en portrait, la focale fixe vous oblige à traiter votre sujet différemment. De par le fait, comme vu précédemment, qu’à défaut de zoom c’est à vous d’anticiper votre placement, mais aussi parce que selon votre focale, votre angle de champ sera différent et racontera une toute autre histoire d’une focale à l’autre. Et, à moins de se balader avec toutes les plages de focales disponibles dans votre sac, votre choix de départ en dira déjà beaucoup sur la manière dont votre sujet sera abordé.

Au-delà de l’angle de champ, un 24 mm ne raconte pas l’histoire de la même manière qu’un 35 mm.

Un portrait au 50 mm ou au 85 mm ne met pas autant de proximité d’une photo à l’autre. À la fois le 50 mm va vous permettre d’être plus proche de la personne, mais va inclure plus d’espace autour d’elle, créant au final une distance, un vide, alors que le 85mm peut vous tenir plus éloigné, mais cadrer de manière plus serrée, rendant la photo plus intime. C’est aussi tout le paradoxe avec lequel il vous faut composer.

Focales fixes : sujet.
Photo : Subbotina Anna / Shutterstock.

7- Le meilleur rapport qualité/prix

Même s’il est relativement impossible de comparer ce qui n’est pas comparable, il est généralement admis que les focales fixes sont moins chères parce que plus faciles à construire que les focales variables. En réalité, on ne peut pas comparer un 35mm f/1,8 à un 24-70 f/2,8 par exemple. Simplement, quand on a un budget limité et qu’on souhaite investir dans une optique de bonne qualité, le choix de la focale fixe est plus abordable avec souvent un rapport qualité/prix plus que satisfaisant.

Aussi, pendant des décennies, la construction des zooms étant laborieuse et de piètre qualité, tous les constructeurs se sont concentrés sur les focales fixes, les seules capables de photos de qualité. Si bien que sur le marché de l’occasion, on peut trouver aujourd’hui des anciennes focales fixes à des prix dérisoires pour des performances dignes des derniers cailloux hors de prix. Ceci s’explique par le fait que certaines optiques produites en grande quantité il y a 30 ans ou plus, sont très présentes sur le marché de l’occasion. Mais aussi parce que des personnes retrouvent de vieilles optiques et les revendent une bouchée de pain pensant que c’est obsolète. Or, ces optiques, même si elles n’ont pas d’autofocus, que l’ouverture se règle avec une bague manuelle, etc. sont souvent compatibles avec les boîtiers numériques actuels.

Focales fixes : prix.
Photo : maradon 333 / Shutterstock.

Conclusion

Bien entendu, pour certain, il existe des inconvénients au fait de travailler avec des focales fixes. Mais avec cet article, nous avons vu qu’il y avait aussi et surtout beaucoup d’avantages à photographier avec des optiques à focale fixe. En plus du rapport qualité/prix qui permet d’investir dans des bonnes optiques sans se ruiner, faire le choix du fixe c’est aussi une vision de la photo en fonction de ce que vous voulez photographier, de la distance que vous souhaitez mettre entre le sujet et vous. C’est un choix personnel que vous prenez avant même de savoir ce qui va s’offrir réellement à vous.

Toutes les focales fixes sur Miss Numérique

Avatar de Lucien de MissNumerique
Auteur

Photographe, auteur et formateur. Il est un grand spécialiste de l'industrie de l'image. La photo et la vidéo n'ont pas de secret pour lui.

Écrire un commentaire

Retour en haut