Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Savoir bien accessoiriser son stabilisateur doit être votre enjeu majeur. Car si les stabilisateurs sont devenus le Saint-Graal, la plupart des filmmakers les alourdissent au point d’en faire plutôt des appareils de musculation souvent inconfortables. Passons en revue différents accessoires et leur utilité.

accessoiriser son stabilisateur video

Ça y est, vous avez votre stabilisateur tant convoité ! Il est déballé, chargé, vous avez monté votre caméra et votre plus bel objectif (le plus beau et le plus lourd cela va de soi). Vous maîtrisez l’art vénéré de l’équilibrage (cf. article : Comment paramétrer un stabilisateur vidéo), et vous commencez à jouer avec, en marchant comme un ninja.

Mais en conditions réelles de tournage, pour un projet personnel ou pour un client, vous vous rendez vite compte que votre stabilisateur pèse le poids d’un âne mort. Vous vous apercevez qu’en l’état, il ne vous permet pas de fixer votre moniteur préféré, un micro, ou un éclairage d’appoint…

Accessoiriser son stabilisateur… pour réduire l’effort musculaire

L’équilibrage du stabilisateur ne concerne que le lien étroit entre la caméra et le stabilisateur. Maintenant, il faut se pencher sur les efforts à produire pour le tenir à bout de mains.

Les stabilisateurs mécaniques du type « glidecam » sont de formidables outils de stabilisation qui apportent beaucoup de sensualité et de douceur aux images, mais on doit supporter quasiment tout le poids sur une seule main, l’autre servant à l’orientation.

Les stabilisateurs électroniques, quant à eux, permettent de répartir l’effort sur deux mains. Utilisez donc vos deux mains et remontez-les vers le centre de gravité du stabilisateur équipé.

Tenir le stabilisateur au plus proche de son centre de gravité

Si on parle d’équilibre et de répartition des masses, on constate que la poignée se trouve sous le centre de gravité de l’ensemble, ce qui oblige les poignets à générer un effort musculaire supplémentaire uniquement pour contrer le basculement du stabilisateur.

Qu’est-ce que le centre de gravité et comment le « sentir » ? Imaginez votre stabilisateur mis à l’horizontale, posé sur une pointe. Le centre de gravité sera situé grosso modo là où le stabilisateur se maintiendra à l’équilibre.

Le centre de gravité sur un stabilisateur
Le centre de gravité sur un stabilisateur

Plus vous éloignez vos mains de ce centre de gravité, plus vous avez d’efforts supplémentaires à fournir avec vos poignets, pour maintenir droit votre stabilisateur. La masse totale ne change pas, mais la répartition et la suppression de certains efforts musculaires permettent d’obtenir un poids ressenti inférieur. Vous tiendrez ainsi plus longtemps !

La double poignée type « dual handle bar » (guidon)

Double poignée SmallRig inversée en action
Double poignée SmallRig (inversée) en action

Il s’agit sans doute de l’un des premiers accessoires historiques des stabilisateurs, qui apporte deux avantages :

  • elle entraîne un positionnement des poignées plus haut (donc plus proche du centre de gravité)
  • les mains très écartées l’une de l’autre évitent aux moins habiles des mouvements de rotation parasites.

Il existe des poignées de ce type pour tous les stabilisateurs connus. Voici l’exemple de la double poignée SmallRig pour Ronin S. Attention, certains modèles se positionnent directement sur la poignée du stabilisateur et ne se positionnent pas assez vers le centre de gravité.

Double poignée SmallRig pour Ronin S
Double poignée SmallRig pour Ronin S

Astuce : inversez les poignées et tournez-les vers le haut, vous serez plus proche du centre de gravité du stabilisateur équipé, et vous améliorerez l’effort et la tenue.

Double poignée inversée SmallRig pour Ronin S
Double poignée inversée SmallRig pour Ronin S

Les doubles poignées « custom »

Le monde du gimbal est tel, que des fabricants comme SmallRig ont un catalogue incroyable de pièces et supports en tous genres. Ce choix est une aubaine. Il permet de jouer aux mécanos, d’adapter et assembler des éléments pas toujours prévus pour cet usage, mais crée au final l’accessoire parfait !

Efficacité et budget réduit

SmallRig propose par exemple un support pour le Ronin S qui se fixe entre le moteur et les commandes :

Mounting clamp SmallRig pour Ronin-S
Mounting clamp SmallRig pour Ronin-S

Ce support existe pour d’autres marques et modèles de stabilisateur (Gudsen Moza, Zhiyun Crane…). Ce modèle pour Ronin S possède de chaque côté un rail « NATO ». Avec ce type de rail, on fixe et on enlève un accessoire en deux secondes et ceux qui me connaissent bien savent que j’ai pour slogan « NATO c’est la vie ! ».

En l’équipant de 2 poignées à coût réduit SmallRig, vous obtiendrez non seulement un setup qui s’installe et s’enlève en quelques secondes, mais aussi un équipement redoutable.

Pièces pour la double poignée SmallRig avec rails NATO
Pièces SmallRig pour la double poignée SmallRig avec rails NATO

Voici les avantages de ce setup :

  • vos mains se rapprochent du centre de gravité : moins d’efforts sur les poignets
  • l’équipement est très compact, pas plus large que le stabilisateur d’origine
  • vos 2 mains sont parallèles, proches des commandes, pour un accès au follow focus au doigt
  • il est personnalisable
Double poignée SmallRig avec rails NATO sur Ronin S
Double poignée SmallRig avec rails NATO sur Ronin S

Il s’agit sans aucun doute de l’une des meilleures configurations : abordable et efficace…!

L’ergonomie avec plus de budget

Sur cette même base, il est possible d’améliorer le confort en remplaçant les poignées de type « vélo » par des poignées ergonomiques en bois. Une configuration tout aussi efficace, qui attire le regard, avec les mains bien bloquées par les poignées, mais qui demande plus de travail d’adaptation, et surtout un budget plus important.

Voici mon montage sur Ronin S : avec support SmallRig, double-extensions rosette mount de chez Camvate, et poignées ergonomiques SmallRig.

Double poignée ergonomique en bois SmallRig et extensions rosette
Double poignée ergonomique en bois SmallRig et extensions rosette

Astuces : aimez votre matériel, sculptez le bois si le cœur vous en dit !

Pièces d'assemblage pour la double poignée bois SmallRig
Pièces d’assemblage pour la double poignée ergonomique en bois SmallRig

La poignée additionnelle

La poignée latérale « droite »

Ce type d’accessoire se fixe sous la poignée du gimbal. Il vous permet d’avoir une poignée supplémentaire à côté de la poignée d’origine et de répartir votre effort sur vos deux bras parallèles (contrairement à la poignée d’origine avec une main au-dessus de l’autre).

A titre d’exemple, la poignée latérale en bois de chez SmallRig, adaptée au Ronin S et tous les Zhiyun Crane.

Poignée latérale droite SmallRig pour stabilisateurs
Poignée latérale droite SmallRig pour stabilisateurs

Cette poignée est souvent elle-même équipée de supports pour fixer d’autres accessoires (petit moniteur, éclairage additionnel, microphone…) par le biais de pas de vis 1/4 de pouce ou comme sur l’exemple cité, d’un cold-shoe (griffe de flash sans contacteurs).

Poignée SmallRig en action
La poignée latérale SmallRig en action

Astuce : avec une prise en main basse, plus vous rajouterez d’accessoires «vers le bas» du stabilisateur, plus votre centre de gravité sera rabaissé.

La poignée « attaché-case »

Clairement inspiré par le style décalé du Zhiyun Crane 3 Lab et du Weebill Lab, SmallRig a développé la poignée bois pour les principaux stabilisateurs du marché : Dji Ronin S, Zhiyun Crane 2, et Moza Air 2. Cette poignée se fixe sur une base supplémentaire, à installer sur votre stabilisateur :
Rod Clamp pour Crane 2
Support Mounting Clamp pour Ronin S
SmallRig Mounting Clamp pour Moza Air 2

Poignée SmallRig en action sur Ronin-S
Poignée SmallRig en action sur Ronin S

Pour les propriétaires du Ronin S, un modèle existe avec le support intégré : la poignée bois SmallRig pour Ronin S.

Poignée bois SmallRig pour DJI Ronin S
Poignée bois SmallRig pour DJI Ronin S

Elle peut s’orienter comme vous le souhaitez dans l’axe du stabilisateur. Le bois est agréable et offre une bonne prise en main. Cet accessoire est celui qui offre un maintien le plus haut et au plus près du centre de gravité car il peut se positionner au niveau de la nacelle du stabilisateur. C’est un accessoire très utile si on a besoin de filmer avec le stabilisateur en mode « attaché case ». Le stabilisateur se tiendra très facilement sans beaucoup d’efforts.

Par contre il n’est pas très utile pour les filmmakers qui filment avec le stabilisateur à la verticale, car la tenue de l’ensemble est asymétrique et l’effort est moins bien réparti que sur une poignée double.

Accessoiriser son stabilisateur pour y accrocher un moniteur, un microphone, un éclairage LED

La nacelle de votre stabilisateur vidéo n’étant pas extensible, tout ce qui n’est pas prise de vue ou motorisation de focus (follow focus) devra être fixé ailleurs que sur la caméra ou la nacelle.

Le besoin de rajouter un moniteur au stabilisateur est fréquent pour bien travailler le cadre, car l’écran de la caméra n’est pas très grand ni très lumineux. Si vous pouvez vous en passer, faites-le. N’oubliez-pas que ce sera encore du poids à rajouter à vos bras qui n’en peuvent plus !

Sinon, le bon vieux système du « magic arm » fera l’affaire à condition d’avoir les bonnes fixations, et de bien le positionner.

La plupart de ces fixations additionnelles peuvent s’obtenir avec les supports spécifiques et mentionnés dans cet article (exemple avec le SmallRig Mounting clamp), ou bien directement sur les accessoires eux-mêmes : les poignées sont quasiment tout le temps équipées de fixations 1/4″ et/ou 3/8″, voire griffe de flash.

Support SmallRig compatible Ronin-S, Ronin-SC, Crane 3 et Weebill
Support SmallRig compatible Ronin S, Ronin SC, Crane 3 et Weebill

SmallRig propose par exemple un superbe support coudé pour moniteur, typiquement bien adapté pour monter votre écran sur le côté du stabilisateur vidéo. Ce dernier est compatible Ronin S, Ronin SC, Crane 3 et Weebill.

Support de moniteur SmallRig ajustable pour Ronin-S, Ronin-SC, Crane 3 et Weebill
Support de moniteur SmallRig ajustable pour Ronin S, Ronin SC, Crane 3 et Weebill

Synthèse des avantages et inconvénients des accessoires

AccessoiresAvantagesInconvénients
Dual handle bar, double poignéePlus près du centre de gravité (en retournant les poignées)
Bonne répartition de la charge
Très bonne fluidité sur les mouvements de rotation, peu de mouvements parasites
Montage et démontage rapide
Possibilité de fixation d’autres accessoires sur les tubes, fixations spécifiques (en plus)
Budget réduit
Un peu encombrant
Plus d’accès direct aux commandes
Double poignée « custom » caoutchoucTrès près du centre de gravité
Accès au doigt aux commandes du stabilisateur
Budget raisonnable
Montage et démontage rapide (rail NATO)
On ne fixe rien d’autre dessus
Double poignée ergonomique boisTrès près du centre de gravité
Confort des mains, tenue améliorée
On conserve l’accès aux commandes du stabilisateur
Montage et démontage rapide (rail NATO)
On ne fixe rien d’autre dessus
Budget plus élevé
Poignée droiteMains parallèles pour un poids bien réparti
Fixations intégrées
Répartition légèrement décalée du côté de la poignée d’origine
Poignée « attaché case »Tenue idéale pour le stabilisateur en position horizontaleMoins efficace en tenue verticale

Cette synthèse est « personnelle ». Sachez qu’un accessoire peut convenir à un stabilisateur et pas un autre mais les règles de base sont là. De même une personne cherchera la compacité, une autre l’efficacité…

Ce qui est extraordinaire c’est le foisonnement d’accessoires disponibles, notamment dans la marque SmallRig. Un paradis pour qui sait jouer aux légos pour assembler divers éléments et en faire son arme fatale pour stabilisateur !

Avatar de Fabrice Charleux
Auteur

Filmmaker indépendant, réalisateur et chef opérateur, je travaille sur des réalisations très variées : spots publicitaires, fictions, plateaux TV, films institutionnels... J'égraine les salons, toujours au fait des nouveaux outils et tendances, et j'aime partager mes connaissances sur les réseaux sociaux, dont Le Repaire des Filmmakers.

Écrire un commentaire

Retour en haut