Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Dans ce guide nous vous proposons de vous plonger dans l’univers des flashs de reportage. En effet, vous êtes peut-être intéressé pour en acquérir un afin de vous lancer dans la photo au flash et la tendance strobiste. Différents aspects sont à prendre en compte : compatibilité, puissance, nombre de têtes, système de synchronisation et accessoires. Laissez-vous guider !

Guide flash de reportage : ouverture.
Le flash de reportage, accessoire indispensable pour de nombreux photographes professionnels.

Lire aussi : 5 conseils pour éclairer vos portraits avec un flash cobra
Lire aussi : Studio strobist I : Bâtir son studio portable avec des flashs cobra

Qu’est-ce qu’un flash de reportage ?

Le flash de reportage dit flash “cobra” est considéré comme un flash d’appoint. Il est petit, léger et transportable. Il fonctionne sur batterie rechargeable ou avec des piles et peut s’utiliser soit monté sur la griffe porte-accessoires d’un appareil de prise de vues, soit en déporté.

Un flash de reportage offre différentes façons d’éclairer son sujet. On peut l’utiliser en éclairage direct dans l’axe de visée (monté sur la griffe porte-accessoires), en éclairage direct désaxé (utilisé en déporté de l’appareil) ou en éclairage indirect. Sa tête rotative et orientable permet de réaliser facilement des photos avec un éclairage indirect (lumière douce et diffuse) en utilisant une surface réfléchissante. Cela peut être en intérieur avec un mur blanc ou un plafond. Un flash de reportage intègre aussi souvent une fonction de zoom qui permet de plus ou moins focaliser le faisceau lumineux.

Guide flash de reportage : tête orientable.
Le flash Canon Speedlite 470 EX-AI dispose d’une tête orientable motorisée.

Le flash Canon Speedlite 470 EX-AI sur Miss Numérique

Puissance et “nombre guide”

Naturellement, il est possible de régler sa puissance. On peut l’utiliser en parallèle de la mesure de lumière embarquée dans l’appareil de prise de vues, c’est-à-dire en automatique TTL (Through The Lens) ou bien en manuel. Pour l’utiliser en TTL, il faut bien s’assurer de la compatibilité totale avec l’appareil de prise de vues. Ce type de flash dispose rarement de lampe pilote, mais certains modèles intègrent une petite LED pour la vidéo.

Guide flash de reportage : puissance.
Réglage de puissance sur le Profoto A1X disponible en plusieurs versions en fonction du type de boîtier utilisé.

Le Profoto A1X sur Miss Numérique

La puissance d’un flash de reportage s’exprime en “nombre guide” (NG). Sa valeur représente la portée de l’éclair du flash et elle dépend de la distance au sujet (d) et de l’ouverture relative de l’objectif (f). Il faut savoir que le “nombre guide” est généralement donné pour une sensibilité de 100 ISO et pour une focale de flash d’environ 100 mm (zoom du flash). Bien entendu, l’augmentation de la sensibilité ISO influe sur la portée d’un flash. Il faut multiplier par 4 la sensibilité ISO pour doubler la portée du flash et donc la valeur du “nombre guide”.

  • NG : Nombre Guide, d= distance au sujet (en mètre) et f : ouverture relative utilisée ;
  • NG (100 ISO) = d x f ;
  • NG (400 ISO) = 2 x NG (100 ISO) ;
  • NG (1600 ISO) = 4 x NG (100 ISO).

Par exemple : avec un flash Canon Speedlite 430EX qui dispose d’un “nombre guide” de 43 pour 100 ISO et une focalisation de faisceau au 105 mm, si on fait une photo avec un objectif dont l’ouverture relative est f/5,6 à une sensibilité de 100 ISO, la portée de l’éclair est donc de d = NG (100 ISO) / f = 43 / 5,6 = 7,7 mètres. Si on passe à 400 ISO, la portée de l’éclair devient donc NG (400 ISO) = 2 x NG (100 ISO) = 86 donc d = 86 / 5,6 = 15 mètres.

Utiliser un flash de reportage en déporté

Il peut être très intéressant et créatif d’utiliser un ou plusieurs flashs de reportage en déporté. Pour cela, il faut utiliser un système de synchronisation sans fil. Certains modèles de flash en disposent d’un intégré et peuvent être utilisés en esclave ou maître/esclave. Il faut alors un flash maître monté sur l’appareil et un ou plusieurs flashs esclaves en déporté. Il existe aussi des modules de transmission/réception à installer sur la griffe porte-accessoires de l’appareil et au pied des flashs déportés. Ces modules fonctionnent avec une transmission radio ou infrarouge. Selon les modèles, on peut récupérer les fonctions de mesure de lumière TTL pour un réglage automatique de la puissance de flash.

Tous les déclencheurs de flash sur Miss Numérique
Tous les récepteurs de flash sur Miss Numérique

Guide flash de reportage : émetteur Godox.
L’émetteur radio Godox XPro C.

Le Godox XPro C sur Miss Numérique

Accessoiriser le flash

Pour personnaliser la lumière produite par un flash, on peut utiliser une multitude d’accessoires qui font office de modeleurs de lumière. Ils permettent par exemple de la diriger, de la concentrer ou de la diffuser. Ces modeleurs s’installent souvent directement sur la tête du flash elle-même. Il faut prendre donc garde à la compatibilité entre le modeleur et le flash. Il existe, par exemple, des adaptateurs qui permettent d’utiliser des modeleurs de flashs de studio en monture universelle (baïonnette type P) sur un flash de reportage.

Le modeleur de base est le bol réflecteur qui permet de contenir et diriger la lumière émise par le flash. Il en existe de différentes formes et tailles. Avec un bol, on peut soit directement orienter la tête du flash vers le sujet ce qui va créer une lumière “dure” ou bien l’orienter vers un réflecteur (un mur blanc par exemple) ce qui va créer une lumière plus douce. En guise de réflecteur on peut, par exemple, utiliser un parapluie (différentes tailles existent) dont l’intérieur est recouvert d’un revêtement réfléchissant (blanc, argenté ou doré). Pour une lumière dure (bol orienté directement vers le sujet), on peut aussi utiliser une grille nid d’abeille qui s’installe sur le contour externe du bol réflecteur et qui permet de concentrer la lumière.

Guide flash de reportage : accessoires.
À gauche, le Kit strobiste Lastolite et à droite la boîte à lumière SMDV Speedbox octogonale 50 cm.

Le kit strobiste Lastolite sur Miss Numérique

La boîte à lumière SMDV Speedbox octogonale 50 cm sur Miss Numérique

Pour diffuser la lumière, il est possible d’utiliser une boîte à lumière. Il en existe de plusieurs tailles, formes (carré, rectangulaire, octogonale) et profondeurs. L’intérieur de la boîte est souvent recouvert d’une surface réfléchissante argentée et le contour extérieur habillé d’une toile de diffusion blanche. Les boîtes à lumière permettent de créer un éclairage doux et dans certains cas, uniforme.

Parmi les autres types de modeleurs de lumière, on peut citer les volets coupe-flux ou les découpes, le snoot, les réflecteurs pliables, les gélatines de couleur, les bols beauté ou encore, les lentilles de fresnel.

Pour résumer

Voici la liste des points à étudier avant de choisir son ou ses flashs de reportage :

  1. Vérifier la compatibilité du ou des flashs avec votre boîtier.
    Même si presque tous les flashs peuvent être montés sur tous les boîtiers et déclenchés en manuel, pour une utilisation en automatique TTL, il faut s’assurer de la bonne compatibilité. Il est alors possible d’opter pour un flash de la marque de son boîtier (pas de problème de compatibilité) ou un flash d’un constructeur tiers type Godox ou Nissin, par exemple. Dans ce cas, chaque modèle est disponible en plusieurs versions (Canon, Nikon, Sony, etc.).
    Tous les flashs Canon chez Miss Numérique
    Tous les flashs Nikon chez Miss Numérique
    Tous les flashs Profoto chez Miss Numérique
    Tous les flashs Godox chez Miss Numérique
    Tous les flashs Nissin chez Miss Numérique
  2. Choisir la puissance en fonction de ses besoins.
    Il faut ensuite choisir la puissance nécessaire en fonction de ce que l’on souhaite faire. Sur cet aspect, on peut appliquer la logique de “qui peut le plus, peut le moins” mais les flashs les plus puissants sont souvent les plus encombrants et lourds. Par exemple, chez Canon, on trouve des modèles avec un nombre guide de 26, 43, 47 ou 60.
  3. Choisir son alimentation.
    La grande majorité des flahs fonctionnent avec des batteries amovibles type piles AA (certains modèles haut de gamme fonctionnent avec des batteries rechargeables propriétaires). Pour faire des économies, il est intéressant d’investir dans un ou deux jeux de piles rechargeables. Certains modèles peuvent aussi fonctionner avec une batterie externe type Godox Propac PB 960.
    Toutes les solutions d’alimentation chez Miss Numérique
  4. Fonctions déportées
    Pour se lancer dans le strobisme et utiliser un ou plusieurs flashs en déporté, il faut choisir un système de communication pour la synchronisation. Il peut être directement embarqué dans les flashs eux-mêmes. Il faut alors un modèle avec la fonction émetteur/récepteur monté sur le boîtier et des modèles avec la fonction récepteurs en déporté. Vous pouvez aussi opter pour un système indépendant qui permet de ne pas devoir immobiliser un flash monté sur le boîtier.
    Tous les déclencheurs de flash sur Miss Numérique
    Tous les récepteurs de flash sur Miss Numérique
  5. Se laisser tenter par des accessoires.
    Pour développer votre créativité, vous pouvez utiliser de nombreux accessoires pour modeler la lumière émise par votre ou vos flashs. Les possibilités sont presque infinies.
    Tous les modeleurs sur Miss Numérique
    Toutes les boîtes à lumière sur Miss Numérique
    Tous les diffuseurs à lumière sur Miss Numérique
Avatar de Lucien de MissNumerique
Auteur

Photographe, auteur et formateur. Il est un grand spécialiste de l'industrie de l'image. La photo et la vidéo n'ont pas de secret pour lui.

1 Commentaire

Écrire un commentaire

Retour en haut