Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

 

Il y a des produits qui mériteraient d’être plus connus, la EVA 1 en est le parfait exemple. J’ai eu la chance de l’utiliser pour tourner un clip, peu après sa sortie, et je me suis régalé. Voici mon retour d’utilisation sur cette excellente caméra.  Après les Varicam Pure, Varicam S35 et Varicam LT il manquait une petite sœur à la gamme de caméra cinéma de Panasonic. Le Marketing Panasonic ne l’a pas appelée Varicam, est-ce une erreur de stratégie ? 

Comme à mon habitude je ne ferais pas d’article sur les caractéristiques techniques mais plutôt un véritable retour d’utilisation. Pour ceux qui souhaitent voir les caractéristiques de cette caméra, je vous invite à aller faire un tour sur sa fiche produit

Le concept 

Le concept de la EVA 1 c’est quoi ? Tout simplement une caméra dotée d’un capteur super 35 mm, d’une résolution de 5,7K, qui est l’entrée de gamme cinéma chez Panasonic. Elle est capable d’enregistrer des images 4K dans un codec 4:2:2 10bits en interne et de sortir du RAW via la prise SDI.

Sur la fiche technique du constructeur il est noté : « Sensor Super-35mm 5.7K Dual Native ISO Beautiful Colorimetry », j’aime beaucoup cette donnée très technique !

Voici une video, réalisée par mon ami Filipo Chiesa (directeur photo italien), qui a eu l’occasion de faire la vidéo de lancement de la camera pour Panasonic.  

https://youtu.be/AI_HsDIeHAw

Description

La EVA1 n’est pas forcément grosse mais elle ressemble plus à une caméra cubique, façon RED ou ALEXA Mini, qu’à un appareil photo est c’est un atout non négligeable. Coté look, pas grand chose à dire, si ce n’est ce liseré rouge, qui n’est pas sans rappeler la mode des GTI dans les années 80, petite fantaisie qui change un peu.

Lors de mon premier tournage, j’ai tout de suite apprécié sa compacité et son poids contenu. Cela permet de l’installer sur un stabilisateur ou un drone. Pour mon clip, je l’ai au contraire utilisée avec des objectifs cinéma de chez Sigma, le 18-35 mm T2.0 accompagné du 50-100 mm T2.0 aussi.  Ces 2 objectifs sont vraiment excellents, je les utilise souvent. Plage de focale, compacité, poids, piqué rendu colorimétrique et contraste, j’adore !

Données techniques 

Cette caméra présente une fiche technique plutôt alléchante. Même si je ne rentrerai pas dans les détails, jugez plutôt : enregistrement  4:2:2 10 bits 4K60p, du 240fps en 2K capable même de faire du bon vieux 720p. Je dis bravo, voilà un outil polyvalent ! 

Le support d’enregistrement choisi est la bonne vieille carte SD. Elle n’est pas très chère et on en trouve partout, ça aussi c’est bien vu. Par contre, il n’y a pas de viseur, ce qui est moins bien.

L’idée du dual ISO semble se propager à d’autres constructeurs. Sur la EVA1, les 2 sensibilités sont calées à 800 et 2500 ISO. C’est une vraie bonne idée. Le capteur a une résolution de 5,7k ce qui permet de palier la perte de résolution due à la débayerisation. C’est aussi une très bonne idée de pouvoir enregistrer la totalité de la résolution en sortie RAW, ça permet de cropper en post-production !

Je note aussi la bonne idée du connecteur SDI 6G qui permet de sortir toute la qualité sur un simple SDI. A noter aussi le fait que Panasonic reprend les batteries historiques de la marque, cela évite à ceux qui ont déjà une camera de la marque d’en racheter.

La monture optique 

Le choix de la monture EF me pose un petit problème. Ce n’est pour moi pas logique, quand on a une monture maison (M43), je trouve ça un peu dommage. Certes ils ont du se poser beaucoup de questions : conserver le Micro 4/3 ou pas ? Repartir dans la direction de l’AF101 en utilisant un capteur et une monture M4/3 ou pas ? Le choix d’un capteur S35 est plus malin pour se différencier du GH5, c’est évident. Mais pour le choix de la monture, c’est délicat. En effet, la monture PL limite les choix et oriente vers des solutions trop onéreuses. Impossible d’utiliser la monture Sony E, c’est le rival, on ne plaisante pas là-dessus ! La monture EF semble donc évidente car le parc optique en Canon EF est immense. Néanmoins pour moi c’est une petite erreur, enfin c’est surtout moi qui suis déçu… De mon point de vue, c’est se priver de bon nombre de possibilités d’associations caméra / optiques car le tirage est trop important sur la monture EF. JVC a réussi à faire cohabiter un capteur S35 et une monture M43. Pourquoi ne pas avoir suivi cette voix et proposer aussi un système de bagues adaptatrices pour aller vers les autre montures populaires ? La monture Canon EF justement mais pourquoi pas Nikon, Leica, Pentax…? Depuis, la marque a sorti les Lumix S1 et S1R qui adoptent la monture L, initiée par Leica. La EVA1 Mark II sera-t-elle en monture L ?

Panasonic n’a pas du tout misé sur la base des utilisateurs GH qui auraient envie de monter en gamme et de s’offrir cette EVA1, en conservant leurs optiques, c’est dommage. Ce qui est plutôt drôle, c’est que sur toutes les images livrées par les services de presse de Panasonic, la EVA1 est montrée avec une optique Sigma et non Canon. Canon étant aussi un concurrent car il fabrique des cameras comme la C200 par exemple, qui est en concurrence avec la EVA1.

Dans son positionnement Panasonic n’a semble-t-il pas souhaité faire de cette EVA1 une Varicam Mini. Pourtant c’est fortement possible qu’elle soit baptisée comme ça par les utilisateurs. L’utilisation de la technologie de double câblage, qui permet d’avoir 2 sensibilités natives comme sur les Varicam LT et S35, affiche une partie de l’ADN commun… 

Mon avis sur mon tournage test

J’ai pris énormément de plaisir à tourner avec la EVA1 en caméra principale et avec mon GH5 comme caméra B.

Sa compacité est étonnante et son ergonomie plutôt bien pensée. J’ai quand même un doute sur la fiabilité dans le temps car les matériaux utilisés semblent un peu légers. Mais ce n’est peut être qu’une impression. Il est vrai que de nombreuses cages sont aussi disponibles pour cette caméra

Je l’ai justement utilisée avec une cage et une accessoirisation complète de chez Shape. La plaque et la poignée supérieure sont très bien conçues et rajoutent de la solidité et de nombreux points d’ancrage, ce qui est sécurisant. L’extension de poignée s’avère également être un outil indispensable et rend son utilisation plus rassurante. 

Coté fiabilité et performance, la EVA1 a été sélectionnée par France TV pour tourner la série « Un si grand soleil », en renfort des 5 Varicam LT qui tournent tous les jours. La EVA1 est utilisée en caméra B et sur de la machinerie. 

Mon seul vrai bémol est l’absence d’un vrai viseur dans le kit de base, l’écran est plutôt bon mais ça m’a manqué. Néanmoins, il est tout à fait possible de rajouter un viseur comme celui des Varicam ou encore d’une autre marque, pour ceux qui comme moi, sont amoureux de ce genre d’accessoires. 

J’ai apprécié aussi ses filtres ND intégrés, qui permettent d’éviter d’avoir à filtrer par devant. 

Qualité d’image 

Quelle belle surprise : la EVA1 est à mon avis ce qui se fait de mieux sur ce segment de prix. A tel point que le GH5, qui est déjà très bon, est un petit cran en-dessous en terme de sensation de résolution, de dynamique et de colorimétrie. 

La présence du V-Log, couplé aux 14 diaphs de latitude et du V-Gamut, en fait un outil très puissant. À l’étalonnage, j’ai retrouvé la signature Varicam que j’aime beaucoup. Il y a dans ce type d’images un petit quelque chose qui donne un cachet particulier qui sort un peu du lot de la concurrence. 

La colorimétrie, notamment les carnations, sont assez exceptionnelles sur ce segment de marché : pas d’aplat, pas de dérives ou de dominantes bizarres. C’est très appréciable. Quant à la dynamique, elle est aussi assez exceptionnelle dans ce segment de prix. 

Conclusion

Panasonic a donc créé un outil qui concurrence directement les Sony FS5 / FS7 mais aussi RED avec la Scarlet W et Canon avec la C200. Avec un enregistreur Atomos, cette caméra est compatible avec le ProRes RAW, qui est un RAW compressé certes, mais avec une qualité de compression très impressionnante.  J’ai eu l’occasion de faire des essais avec ce codec et je me suis régalé.

C’est donc pour moi un des meilleurs choix possibles dans ce segment de prix. Même si j’ai un peu râlé pour la monture, je suis très heureux de mes images et j’ai pris beaucoup de plaisir à utiliser cette caméra. Je la trouve plus polyvalente que les concurrentes, qui sont peut être un peu plus orientées « documentaire ». 

Pour moi, la EVA1 est une vraie petite caméra de cinéma. Grâce à sa réduction de prix récente, elle devient un choix incontournable pour les indépendants mais aussi les petites société de production ou encore comme camera B sur des plus grosses productions. Clip, court métrage, long métrage indépendant, téléfilm, série, doc, en fonction du choix de l’accessoirisation, vous pourrez tout faire avec cette caméra !

Avatar de Emmanuel Pampuri
Auteur

Photographe, réalisateur touche à tout, passionné par les nouvelles technologies et celles qui sont liées à la création audiovisuelle en particulier. Je fais de la photo depuis l'âge de 8 ans. J'ai réalisé plus d'une centaine d'heures de programmes de captation de spectacles vivants, de concert, de clips, de documentaires, de pub et d'autres choses encore. J'ai aussi produit, j'anime une chaîne YouTube et un blog, j'enseigne, je travaille comme consultant et beta testeur pour les fabricants de caméras. Une vie bien remplie, riche d'expériences, de rencontres et de création !

Écrire un commentaire

Retour en haut