Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content

Canon lance trois nouvelles optiques pour ses hybrides plein format EOS R. Original, le RF 100mm F2.8L Macro IS USM atteint un rapport de reproduction de 1,4:1 et permet de contrôler les aberrations sphériques. Plus classiques, les RF 400mm F2.8L IS USM et RF 600mm F4L IS USM restent relativement légers. Ces trois objectifs auront un partenaire tout désigné : le Canon EOS R3, dont la marque dévoile les premiers détails, en attendant son lancement officiel.

Canon RF 100mm Macro : super-macro et bokeh réglable

Les clients nous demandent régulièrement: « Je voudrais essayer la macro, mais je sais pas quel objectif choisir. » Invariablement, nous répondons : « Pour découvrir, commencez avec un 100 ou un 105 mm. S’il s’avère que la macro ne vous passionne pas plus que ça, ce sera tout de même un excellent objectif du quotidien, idéal pour les portraits. »

Canon RF 100mm F2.8L Macro IS USM

Canon semble d’accord. Son nouveau RF 100 mm f/2,8L Macro IS USM intègre des technologies ultra-spécialisées dans ces deux domaines : macro et portrait.

Macro : 1,4x, pas moins !

C’est d’abord un objectif macro extrême. Il dépasse le rapport de reproduction 1:1 habituel et atteint 1,4:1. Concrètement, cela signifie qu’un objet de 25 mm occupera la totalité du cadre sur un hybride plein format. Vous pourrez avoir sur un EOS R5 le même cadrage qu’avec l’EF 100mm Macro sur un capteur APS-C !

Macrophotographie au Canon RF 100mm
© Canon

La mise au point minimale est à 26 cm. Le diaphragme peut être fermé à f/32 afin d’accroître la profondeur de champ – le nerf de la guerre en macrophotographie. Mais Canon promet une autre solution pour étendre celle-ci sans entraîner de diffraction : le focus stacking. Le RF 100 mm Macro échapperait presque totalement au focus breathing, ce phénomène qui modifie le cadrage au cours de la mise au point. Il serait donc extrêmement facile de faire plusieurs vues à des distances différentes, puis de les assembler dans un éditeur d’image pour obtenir une profondeur de champ virtuellement infinie.

Portrait  : le maître du bokeh ?

Le 100 mm Macro est donc aussi une focale à portrait. Certes, son ouverture à f/2,8 peut paraître modeste par rapport au RF 85 mm f/1,2. Mais à f/2,8 sur un 100 mm, la profondeur de champ est déjà assez réduite pour faire de très élégants portraits à 2 ou 3 mètres de distance. Et le 100 mm est plus polyvalent, moins cher et bien plus portable.

Portrait au Canon RF 100mm Macro
© Canon

Canon a donc choisi d’optimiser également cette deuxième application. Le RF 100mm Macro dispose d’une seconde bague, derrière celle de mise au point. Elle permet de contrôler les aberrations sphériques. Il ne s’agit pas simplement de jouer sur un dégradé périphérique lié à l’ouverture, comme les Pentax 85 mm Soft, Fujifilm 56 mm APD ou plus récemment Sony 100 mm STF. Ici, c’est un groupe optique séparé qui est déplacé directement par la bague. Vous réglez donc le rendu indépendamment de l’ouverture et de la mise au point, comme sur les vénérables Nikon 105 mm et 135 mm DC.

En laissant la bague sur son repère central, ce 100 mm est un très bon petit téléobjectif au rendu standard et à la résolution élevée. Le contrôle des aberrations est donc une fonction en plus, qu’il n’est pas obligatoire de maîtriser. Mais elle permet à ce nouvel objectif de dépasser ses prédécesseurs en portrait, comme il les dépasse en macro.

RF 400mm f/2,8 et 600mm f/4L IS USM : excellence et classicisme

Une fois n’est pas coutume, ce sont les super-téléobjectifs que nous qualifierons d’ordinaires. Le RF 400 mm f/2,8L IS USM  est long de 36,7 cm et pèse 2,89 kg, ce qui permet de l’utiliser à main levée avec un peu d’entraînement. Il fait le point à 2,5 m au minimum. Canon met en avant son autofocus rapide et silencieux, son porte-filtre arrière de 52 mm et ses verres spéciaux. Sur les 17 lentilles, deux sont en fluorine et une en verre Super UD, afin d’offrir une qualité d’image à la hauteur de son tarif. Si vous comparez avec le superbe EF 400mm F2.8L IS III, vous constaterez qu’il s’agit fondamentalement d’apporter aux hybrides l’excellent téléobjectif des reflex.

Canon RF 400mm et 600mm

Il en va de même du RF 600 mm f/4L IS USM. Il propose une mise au point rapide et silencieuse jusqu’à 4,2 m. Pour ce qui est de l’encombrement, il mesure 47,2 cm de longueur et passe de justesse les 3 kg sur la balance. Bref, les habitués du EF 600 mm f/4L IS III retrouveront leurs repères.

Photo animalière au Canon RF 400mm
Les 400 mm et 600 mm sont idéaux pour la photographie animalière ou sportive. © Junichi Yamamoto / Canon

Il ne s’agit pas de critiquer ces deux nouveautés. Les versions III des 400 mm et 600 mm pour reflex sont récentes et restent des sommets de technologie optique. Il est donc naturel que Canon les adapte sans réinventer la (superbe) roue. Les utilisateurs professionnels auront ainsi un choix transparent de téléobjectifs, qu’ils soient équipés en reflex ou en hybride.

Canon EOS R3 : le retour du contrôle oculaire

La marque en profite pour pré-annoncer l’hybride idéal pour accompagner ces deux super-téléobjectifs. Venant chapeauter la gamme au-dessus de l’EOS R5, le futur EOS R3 sera présenté en détail ultérieurement, mais Canon a dévoilé certains éléments-clés.

Premier point notable : l’EOS R3 intégrera la poignée verticale, à l’instar des reflex de la série EOS-1D. La protection tout temps sera donc meilleure que sur un R5 doté de sa poignée optionnelle. Cela devrait également permettre d’utiliser une batterie plus généreuse, mais Canon ne précise rien à ce sujet.

Canon EOS R3

Sans surprise, l’appareil revendique 30 images par seconde avec suivi autofocus et exposition en continu. La distorsion devrait également être réduite. Dans les deux cas, il s’agit naturellement de répondre au Sony α1. En revanche, la définition n’est pas précisée, ni en photo ni en vidéo.

Le dernier point, peut-être le plus remarquable, enthousiasmera les nostalgiques de l’EOS-3. Canon va enfin proposer à nouveau de suivre l’œil… du photographe. Il s’agit de sélectionner la zone de mise au point simplement en regardant dans le viseur. Il suffit donc d’observer le sujet de son choix pour que l’autofocus l’accroche. Jadis appelé Eye Control Focus, ce système était adoré par certains utilisateurs, mais d’autres lui reprochaient son manque de précision, notamment avec des lunettes. Il faudra vérifier comment 22 ans d’évolutions technologiques auront amélioré le nouvel « Eye Input AF ».

Prix et disponibilité

Les trois objectifs seront lancés en juillet. Le Canon RF 100mm F2.8L Macro IS USM sera vendu 1550 €. Le collier de pied sera vendu séparément pour 190 €.

Le Canon RF 400mm F2.8L IS USM coûtera 13 000 €, et le RF 600mm F4L IS USM 14 000 €. Comme leurs spécifications, ces tarifs sont donc similaires aux versions pour reflex.

Les informations sur le lancement de l’EOS R3 ne sont pas encore connues.

Avatar de Franck Mée
Auteur

Traducteur, journaliste, pilote privé. Passionné de photo et de cinéma, docteur en binge-watching, mais surtout fasciné par tout ce qui vole, du martinet au Boeing 747. Considère qu'un 200 mm, c'est un grand-angle.

Écrire un commentaire

Retour en haut