Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Le multiplicateur de focale (ou téléconvertisseur) a tout de l’accessoire indispensable pour objectif photo. Il est petit, léger, pratique, et économique pour le photographe. Sa fonction première est celle d’augmenter la focale de notre objectif sans modifier la distance minimale de mise au point. Même si cette caractéristique est plus adaptée au téléobjectif, rien ne vous empêche (sauf exception) à priori de l’installer sur une optique à l’angle de champ plus ouvert (mais au dessus de 50mm). Cet élément optique très connu possède néanmoins des particularités spécifiques qu’il faut connaître pour bien le choisir. Pourquoi choisir un multiplicateur de focal x1,4 plutôt que x2 ? Les multiplicateurs de focale sont-ils tous compatibles avec tous les objectifs d’une même monture ? Autant de questions que l’on va aborder pour lever tous vos doutes.

Fonctionnement d’un multiplicateur de focale

Un multiplicateur de focale permet de multiplier la focale de votre objectif. Concrètement, cela signifie qu’un objectif de 100mm associé à un multiplicateur de 1,4 devient une focale de 140mm, et une optique de 300mm devient un 420mm avec ce même multiplicateur. Alléchant n’est-ce pas ? Surtout quand on commence à parler tarif.

Placement du multiplicateur de focale
Placement du multiplicateur de focale

Cet accessoire se place entre votre optique et votre boitier. Il possède une monture côté boîtier et une autre côté objectif. En théorie, si votre multiplicateur de focale possède  la même monture que votre boîtier, il doit pouvoir s’adapter sans problème et rendre l’ensemble fonctionnel. Or, ce n’est malheureusement pas toujours le cas. Nous aborderons ce point sensible dans le paragraphe lié à la compatibilité. Cet élément optique est semblable à un petit tube de métal de quelques centimètres (3-5 centimètres selon les modèles). Contrairement aux bagues-allonges, le multiplicateur de focale ou téléconvertisseur  possède une ou plusieurs lentilles de verre (généralement divergentes). La plupart des modèles proposés à la vente permettent la transmission de tous les automatismes du boîtier (autofocus, diaphragme, données exifs). Un prix bas doit vous alerter sur la possible non présence de ces caractéristiques. 

Il existe des multiplicateurs de focal au facteur x 1,4 , x 1,7, x 2 (que l’on appelle aussi doubleur) et x 3 (tripleur).

Multiplicateur de focale Canon 1.4x III
Multiplicateur de focale Canon 1.4x III
Multiplicateur de focale Nikon TC 17E-III
Multiplicateur Nikon TC 17E III
Multiplicateur de focale Sigma TC1401
Multiplicateur Sigma TC1401
Doubleur de focale Tamron TC x2
Doubleur de focale Tamron TC x2
Doubleur de focale Fuji XF 2X TC WR
Doubleur Fuji XF 2X TC WR
Doubleur Sony sal20 TC x2
Doubleur Sony sal20 TC x2

Les 3 avantages du multiplicateur de focale

Le critère économique

On peut avoir l’utilité d’une longue focale que ponctuellement. Dans cette situation, l’achat coûteux d’un long téléobjectif peut sembler déraisonnable (même si quelques fois la passion nous rend tous déraisonnables). Le multiplicateur de focale permet de palier à ce besoin ponctuel à moindre coût. Les multiplicateurs de focale coûtent entre 80 et plus de 500 euros pour les derniers modèles. Le coût est certes non négligeable mais sans aucune commune mesure avec l’achat d’un 400, 500 voir 600mm. L’avantage ici est clairement économique. Dans la situation où vous possédez déjà un téléobjectif conséquent, le gain lié à l’augmentation de focale devient très intéressant. Un téléobjectif de 600mm se transformera en une focale de 840mm après adjonction d’un multiplicateur X1,4 (quelqu’un peut-il me rappeler le prix d’un 800mm  😉 ).

Le poids

Le poids d’un multiplicateur de focale est de quelques centaines de grammes. Si le facteur encombrement et poids sont déterminants pour vous, le multiplicateur de focale peut être une alternative pertinente aux téléobjectifs bien plus lourds.

L’augmentation du rapport de grossissement

Comme énoncé en introduction de cet article, l’ajout d’un téléconvertisseur ne modifie pas la distance de mise au point minimale. Ce détail a de l’importance si vous souhaitez augmenter votre rapport de grossissement. Dans le cadre d’un réel objectif macro disposant d’une focale de 100mm et d’une distance minimale de mise au point de 30cm, l’ajout d’un multiplicateur ou doubleur vous permet de dépasser le rapport 1:1. 

Rainette avec objectif Sigma 180mm et multiplicateur X1,4
Rainette avec objectif Sigma 180mm et multiplicateur X1,4

Les 3 inconvénients d’un multiplicateur ou doubleur de focale

La perte de lumière

En dehors du coût de cet élément optique en lui-même (jusqu’à 500 euros tout de même !), le principal inconvénient est directement lié à la perte de lumière induit par le téléconvertisseur. Il est recommandé d’ajouter un multiplicateur de focale à un objectif lumineux ( f/2,8 et moins) ou modérément lumineux (f/4). Mais pour quelles raisons ? 

L’ajout d’un multiplicateur de focale induit une perte de lumière équivalent à un diaphragme pour un facteur multiplicateur 1,4. Un objectif ouvrant initialement à f/2,8 se réduira à une ouverture de f/4. La perte est de 2 diaphragmes pour un doubleur et jusqu’à 3 diaphragmes pour un tripleur. Dit autrement, un multiplicateur de focale de x1,4 divise la quantité de lumière entrant dans l’objectif par 2. Pour un doubleur ce sera 4 fois moins de lumière et avec un tripleur ce chiffre passe à 9.

Cela signifie également que si vous photographiez initialement avec une vitesse d’obturation de 1/500ème, l’ajout d’un multiplicateur de focale réduira cette valeur à :

  • 1/250 avec un multiplicateur X1,4
  • 1/125 avec un doubleur
  • 1/60 avec un tripleur

Pour celui qui veut se prémunir au minimum des risques de flou de bougé, je rappelle qu’un temps d’obturation équivalent à la focale est une sage précaution (1/300ème de seconde AU MINIMUM pour une focale de 300mm).

Si une ouverture maximale finale de f/5,6 après ajout d’un multiplicateur n’est pas un problème, il le deviendra si vous passez à f/8. En effet, si l’on écarte les gros boîtiers professionnels, votre appareil photo risque de perdre son autofocus à partir d’une ouverture maximale de f/8. D’une manière générale, l’autofocus est beaucoup plus efficace quand il y a de la lumière. Si vous la réduisez, il est normal que votre autofocus soit moins performant. C’est la raison pour laquelle je vous déconseille l’ajout d’un multiplicateur de focale sur tous les objectifs disposant d’une ouverture maximale initiale de f/5,6. Ceci exclut donc tous les zooms transtandards avec une ouverture glissante du type f/3,5-5,6.

Machaon photographié avec objectif Sigma 150mm et multiplicateur x1,4
Machaon photographié avec objectif Sigma 150mm et multiplicateur x1,4

La perte de qualité

La dégradation du piqué de l’image est l’autre inconvénient majeur des multiplicateurs. Il faut s’orienter prioritairement sur les modèles de multiplicateurs de focale de qualité. Il est important de garder à l’esprit que le fait de rajouter une ou plusieurs couches de verre (les lentilles !) diminue la qualité optique initiale de votre objectif. N’associez pas de multiplicateur sur un objectif moyen, le résultat sera médiocre. Dans le même esprit, réservez un multiplicateur de qualité à un objectif de qualité.

La détérioration de la qualité d’image (le piqué) est fortement dépendante du facteur multiplicateur. Plus le facteur multiplicateur est important plus la dégradation sur l’image sera visible. C’est l’une des raisons pour laquelle un multiplicateur x 1,4 est un bon compromis entre allongement de la focale et qualité d’image. Ainsi l’image finale ne subira que de très légères (voir imperceptibles) dégradations. 

La manipulation

Ajouter ou enlever un multiplicateur de focale à son objectif est une opération manuelle. Cette opération anodine présente néanmoins des risques si elle n’est pas consciencieuse :

  • la chute du boîtier ou de l’objectif 
  • l’introduction de poussière dans l’appareil.

Cela n’a l’air de rien mais le changement automatique et répété de cette tâche devient un facteur de risque.

Compatibilité et limitation lié au multiplicateur de focale

Ce chapitre est très important car il est bien souvent au centre de nos préoccupations avant d’effectuer un achat de multiplicateur ou doubleur de focale.

Il est tentant de vouloir ajouter un multiplicateur sur des zooms grands-angles et zooms extrêmes de type 18-55mm,18-300mm, 70-300mm … Il est probable que tous ces objectifs soient incompatibles avec un multiplicateur. Incompatible à cause de l’ouverture minimale parfois mais surtout en raison de la lentille arrière de ces objectifs qui peut venir taper sur celle du téléconvertisseur. 

Si l’incompatibilité résulte d’une perte de l’autofocus, les boîtiers actuels (réflexes ou hybrides) disposent de fonctionnalités d’assistance à la mise au point confortable. Le focus peaking est une belle illustration de cette aide.

Les marques historiques telles que Canon, Nikon ou Sony ont créé des multiplicateurs de focale de qualité pour équiper en priorité leurs super téléobjectifs. C’est la raison pour laquelle leur téléconvertisseur ne s’adapte que sur leur propre modèle (et encore pas tous). Par exemple le téléconvertisseur Sony x 1,4 ne s’adapte que sur l’objectif SEL 70-200mm GM. Autre exemple avec les téléconvertisseurs Sigma  :

  • Le multiplicateur x 1,4 DG APO EX est conçus uniquement pour les optiques Sigma EX.
  • le multiplicateur x 1,4 TC-1401 est compatible uniquement avec les optiques Sigma Contempory
  • le doubleur TC-2001 est uniquement compatible avec les objectifs sigma Sport.

Quant a la marque Fujifilm qui dispose d’un doubleur (XF 2.0 TC WR) et d’un multiplicateur, ils sont compatibles avec seulement 2 objectifs de la marque. Tamron dispose lui aussi d’un unique doubleur (TC-XE 2.0X) qui n’est malheureusement compatible qu’avec l’objectif 150-600mm ancienne version.

Le multiplicateur de focale n’est pas un accessoire optique récent. Canon ou Nikon par exemple, sont à la troisième version de leurs multiplicateurs et doubleurs. Chacune de ces versions comportent leur lot d’incompatibilités envers les objectifs de leur propres marques. Ces incompatibilités peuvent être de plusieurs natures : 

  • le multiplicateur et l’objectif ne peuvent pas se fixer correctement (frottement de la lentille arrière de l’objectif contre la lentille du téléconvertisseur).
  • perte complète de l’autofocus
  • limitation de l’autofocus sur une plage de distance
  • limitation de l’autofocus en fonction de la focale de l’objectif

Tous ces éléments sont indiqués sur le site des constructeurs Canon, Nikon, Sony, Sigma, Fujifilm etc… Si vous prévoyez d’associer un multiplicateur et un objectif de la même marque, vous ne pouvez pas faire d’impairs si vous respectez les recommandations inscrites sur le site du constructeur.

À un tarif bien plus doux que ceux des grands constructeurs, les multiplicateurs et doubleurs de la marque japonaise KENKO sont une bonne alternative de qualité pour les objectifs Canon, Nikon et Sigma. Kenko a très bien compris la problématique de la compatibilité en mettant à disposition sur son site  la possibilité de vérifier les couples téléconvertisseur/objectif/boîtier pour la marque Canon et Nikon.

D’une manière générale : 

  • n’associez pas un multiplicateur ou un doubleur de focale sur un objectif grand angle ou une focale inférieure à 50mm (Zoom extrême, zoom transtandard)
  • n’associez pas de multiplicateur de focale sur un objectif peu lumineux (>f/4)
  • les multiplicateurs ou doubleurs de focale des grandes marques historiques sont recommandés pour leurs propres objectifs.
Multiplicateur de focal Kenko PRO300 DGX x1,4
Multiplicateur de focal Kenko PRO300 DGX x1,4
Doubleur Kenko PRO300 DGX 2x
Doubleur Kenko PRO300 DGX 2x

Recommandations pour l’achat d’un multiplicateur de focale

Je ne vais pas résumer ici ce que j’ai déjà dit mais formuler ces quelques recommandations de bon sens :

1. N’achetez pas de multiplicateur de marques inconnues ou à un prix trop bas (- de 100 euros neuf). La qualité du téléconvertisseur doit être votre premier critère d’achat.

2. Ne montez pas un multiplicateur sur un objectif moyen. Vous serez forcément déçu du résultat !

3. Renseignez-vous au préalable sur la compatibilité du multiplicateur et votre objectif. Les fabricants actualisent et rendent accessibles la liste des objectifs compatibles.

5. Faites toujours très attention lors de la manipulation liée à l’ajout d’un multiplicateur de focale.

6. Profitez et amusez-vous  🙂 

Avatar de Patrick Goujon
Auteur

Photographe passionné spécialisé dans la macro et proxi photographie créative. Amoureux de la nature et aussi un peu geek sur le matériel photographique 🙂.

Écrire un commentaire

Retour en haut