Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Le trépied photo fait partie des accessoires incontournables dont certains arrivent, paradoxalement, à très bien à se passer. Il y a des circonstances pourtant, telle que la pose longue, où le trépied vous sera indispensable. L’utilisation d’un trépied ne se réduit pas à la pratique spécifique d’une discipline photographique. Il est avant tout gage de stabilité et de confort pour vous assister dans vos différentes prises de vue. Cet article a pour mission de vous accompagner dans la réflexion et le choix de votre futur assistant photographique.

Pourquoi utiliser un trépied photo ?

Avant d’entrer dans le vif du sujet, voici une synthèse des avantages liés à l’utilisation d’un trépied. Avec un trépied photo, vous :

  • avez les mains libres
  • vous fatiguez moins vite
  • pouvez réduire les vibrations lors du déclenchement grâce à une télécommande
  • ajustez votre composition avec précision
  • pouvez utiliser la fonction Liveview de manière confortable
  • réduisez votre vitesse d’exposition considérablement avec une longue focale ( si votre sujet le permet)
  • avez la possibilité de fixer des accessoires très pratiques ( flexible, pince, éclairage …)
  • utilisez sereinement des temps de pose long
  • vous essaierez à la photo d’orage, feux d’artifice, le focus stacking, le filé d’eau, l’astro et bien d’autres

Et enfin vous pourrez être présent sur les photos de famille 😁 !

illustration photo astronomie avec trépied

Les critères de choix d’un trépied photo

Si la stabilité est la raison première dans votre réflexion d’achat, plusieurs autres critères vont guider inexorablement votre choix :

  • le poids qu’il va pouvoir supporter
  • son poids
  • sa hauteur dépliée
  • l’encombrement ou sa taille une fois replié
  • le matériau utilisé
  • La fixation des jambes
  • la marque
  • le prix

C’est généralement à cette étape que l’on se perd. La deuxième étape de perdition survient quand on découvre le nombre de modèles différents. On va donc y aller graduellement 🐌.

Un trépied photo se choisit comme un objectif. Admettons que vous fassiez le choix d’un zoom à tout faire, avec une focale de 24 à 300 mm. Celui-ci pourra être très pratique à condition d’être conscient de certaines caractéristiques ou limitations telles que : la faible ouverture, une longueur / grosseur plus importante que la moyenne, un piqué juste correct…

Si on transpose cette réflexion au matériel qui nous intéresse, cela donne : un trépied 100% pratique à condition d’accepter : un grand encombrement (donc un transport plus compliqué), une utilisation et une manipulation plus contraignante, un poids plus important, un prix plus élevé.

Si certains choix vous sont propres, il faut savoir être cohérent avec son équipement. Votre trépied va supporter un matériel coûteux, un trépied inadapté pourrait avoir des conséquences fâcheuses. Gardez à l’esprit que l’achat d’un trépied est un investissement sur le long terme.

illustration d'une séance photo au trépied avec une femme et un chien

La charge admissible de votre trépied photo

C’est l’un des critères les plus importants. Tous les fabricants indiquent sur la fiche de leur produit, le poids admissible par modèle de trépied. Mon conseil est donc très simple : additionnez le poids de votre appareil photo et votre objectif le plus lourd, et multipliez le résultat par 2. Ainsi vous bénéficiez d’un trépied photo stable avec un excellent rapport poids/ encombrement/stabilité. Vous gardez également une marge de sécurité, si votre matériel venait à s’alourdir raisonnablement. Soyez prévoyant !

La hauteur du trépied

illustration photographe et trépied sur la plage

C’est le critère (en dehors du prix) qui demande le plus de réflexion car il vous oblige à cerner vos besoins photographiques. S’il peut paraître évident que l’on choisit un trépied en fonction de sa taille, une hauteur conséquente n’est pas nécessaire dans toutes les situations. Un trépied photo pour la macrophotographie n’a pas besoin de culminer à 175 cm. L’astrophotographie ne requiert pas de haut trépied non plus. Et un grand trépied rendra son transport plus contraignant.

Mon conseil : pour une utilisation universelle, choisissez un trépied qui une fois déplié, vous arrive au niveau cou /épaule. Encore une fois cela fera un excellent compromis encombrement/ hauteur/ poids.

Ce critère de la hauteur demande encore quelques précisions supplémentaires. 2 éléments peuvent influer sur la hauteur maximale et minimale d’un trépied : la colonne et les jambes. En règle générale tous les trépieds sont équipés d’une colonne centrale. Sachez que cette colonne peut-être : fixe ( jusque là tout est normal 🙂) ou amovible. Elle peut être aussi basculante (utile en photographie culinaire, macro ou reproduction artistique à plat) ou inversée.

Voici quelques photos illustrant ce propos :

illustration d'un trépied leofoto en carbone
illustration d'un trépied leofoto en carbone avec colonne inversée
Colonne inversée
illustration trépied photo jambe écartées
Trépied jambes écartées sans colonne
illustration d'un trépied photo avec colonne basculante
Trépied avec colonne basculante

Sachez que :

  • Si la colonne est fixe, vous ne pourrez pas descendre en-dessous d’une certaine hauteur imposée par la colonne elle-même.
  • Si la colonne est amovible, vous pourrez descendre au ras-du-sol (à condition que les jambes du trépied s’écartent suffisamment). Sans colonne, votre trépied est aussi plus léger. Cependant, sans colonne, le réglage en hauteur de votre trépied peut être contraignant car il faut jouer sur la hauteur des 3 jambes à chaque réglage.
  • Si la colonne est basculante, vous avez un peu le meilleur des 2 mondes. Attention lorsque vous déplacez votre matériel photo du centre de gravité, votre trépied peut basculer. Le recours à un leste est alors recommandé.
  • Si la colonne s’inverse, cela veut dire que votre appareil photo est à l’envers. Si ce n’est pas grave en soi, la contrainte provient de l’inconfort de visée. Une utilisation ponctuelle reste toutefois assez pratique.

Je terminerai ce chapitre sur l’écartement des jambes du trépied. Vous n’imaginez pas le nombre de fois où vous aurez besoin d’avoir un écartement non homogène. Pour cette raison n’achetez surtout pas un trépied photo dont les jambes seraient liées par une croix. Cette croix est surtout utile pour une utilisation vidéo.

illustration d'un trépied pour la vidéo
Trépied avec jambes repliées

L’encombrement

L’encombrement est directement lié à la hauteur totale du trépied. Certains fabricants réduisent cet encombrement en ajoutant des sections supplémentaires aux jambes. Un trépied possédant  4 ou 5 sections est assez courant. Pour réduire encore plus cet encombrement, certains modèles replient totalement leurs jambes autour de la rotule. On arrive alors à un encombrement replié de moins de 45 cm pour un trépied déplié de 160 cm environ. Ce critère peut être important pour vous si vous prévoyez de voyager avec votre trépied.

illustration d'un trépied phot replié
Trépied replié autour de sa colonne centrale

Le poids

C’est une contrainte supplémentaire à l’adoption d’un trépied. Ce critère n’est pas anecdotique selon votre mode de transport : à la main, attaché au sac latéralement, attaché au sac de manière centrale.

Un trépied de 3 kg n’est pas lourd en soi. Au bout d’une heure de ballade (homme ou femme), vous aurez l’impression qu’il en pèse le triple. La conséquence de ce constat : un trépied qui prend tristement la poussière dans le garage ou un placard.

Si le portage à la main se réduit à quelques dizaines de mètres (voir centaines au maximum) alors le poids ne doit pas (sauf exception) être un critère prépondérant pour vous.

Tous les sacs photo (plutôt sac à dos) ne se ressemblent pas. Un sac dont le port du trépied est latéral aura tendance à vous déséquilibrer un peu si celui-ci est lourd. C’est la raison pour laquelle je conseille un sac à dos  dont le port du trépied est central.

illustration d'un sac photo avec attache trépied central
Attache centrale du trépied photo

Le matériau

Les trépieds photo en aluminium sont plus lourds que leurs homologues en carbone ou en bois. Malheureusement un trépied en carbone est aussi 2 à 3 fois plus cher.

L’achat d’un trépied en carbone se justifie si le poids est un facteur  important pour vous. C’est également pertinent si vous prenez souvent des photos près de la mer. Un trépied en aluminium aura tendance à s’oxyder très vite dans ces conditions. Et enfin, si vous cherchez à limiter les vibrations au maximum, optez pour le carbone, dont le pouvoir d’absorption est supérieur à l’aluminium.

Un trépied en bois peut surprendre mais je vous assure, ceux-ci sont robustes et très fiables. Ils ont l’avantage de la légèreté, de l’absorption des vibrations et vous ne vous glacerez pas les mains en plein hiver. En contrepartie ils ont un encombrement bien supérieur.

Vous l’aurez compris, le choix du matériau de votre trépied photo est fortement corrélé au prix que l’on veut y mettre. N’oubliez pas qu’il s’agit d’un investissement sur le long terme.

illustration d'un trépied de la marque gitzo en carbone
Trépied Gitzo en carbone

La fixation des jambes

Les 2 méthodes de serrage les plus répandues sont le serrage par clapet ou par couronne concentrique. Les 2 ont leurs adeptes, l’une n’est pas mieux que l’autre. Le clapet à l’avantage d’un serrage franc. Vous pourrez lire sur certains forums que le clapet est jugé moins durable dans le temps. Après une expérience intensive de plusieurs années en photo nature, mon trépied à clapet permet un serrage comme au premier jour.

illustration de couronnes concentriques sur un trépied
Couronnes concentriques
illustration clapet trépied photo
Jambe à clapets

Le prix

Il est très difficile pour cet article de vous donner un prix moyen car il dépend de votre équipement et de votre utilisation. Mon conseil : évitez les trépieds à moins de 50 euros. Évitez également les trépieds de marques inconnues. Ne courez pas de risques inutiles.

Si je dois vous conseiller un budget moyen pour un premier trépied avec sa rotule pour une utilisation standard (les rotules feront l’objet d’un prochain article), celui-ci avoisinerait certainement les 150 euros. Eh oui, le trépied est un budget 🙂 .

La marque du trépied photo

Plusieurs fabricants ont fait leurs preuves dans la fabrication de trépieds.

  • Manfrotto : l’un des leaders du marché. Des produits très qualitatifs. Une gamme de produits très large. Vous trouverez probablement votre bonheur ici.
  • Vanguard : un autre leader sur le marché des trépieds. ce fabricant renouvelle régulièrement  ses produits.
  • Velbon : si certains modèles les plus basiques ( ou inadaptés) sont distribués en grande surface, ce fabricant propose une gamme sérieuse à un prix contenu.
  • Benro et Sirui : 2 marques chinoises présentes depuis de nombreuses années. Un excellent rapport qualité/prix.
  • Gitzo : un fabricant connu et reconnu pour la fabrication de ses trépieds à usage professionnels. Un prix élevé mais une qualité exceptionnelle.
  • Leofoto : récemment arrivé sur le marché français, Leofoto propose des trépieds sérieux et qualitatifs qui vous accompagneront efficacement au quotidien.

Vous pourrez également regarder du côté de ces autres marques : Starblitz, 3 Legged Thing, Fotopro ou encore Joby.

Conclusion

Cet article a fait le choix de se concentrer uniquement sur les trépieds photos. Un autre accessoire indissociable du trépied n’a pas été abordé : les rotules. Ce sera le sujet d’un article à part entière. Au-delà des spécificités techniques, la rotule est aussi importante que le trépied.

Malgré les progrès techniques toujours plus important de nos appareils, le trépied photo reste un accessoire indissociable des photographes amateurs ou professionnels. J’espère que cet article aura su vous aiguiller dans l’univers incontournable des trépieds photos.

Auteur

Photographe passionné spécialisé dans la macro et proxi photographie créative. Amoureux de la nature et aussi un peu geek sur le matériel photographique 🙂.

Écrire un commentaire

Retour en haut