Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Réussir une photo panoramique professionnelle demande de solides connaissances, du matériel adapté et un logiciel  performant, parfois payant. Cependant, nous allons voir dans cet article qu’il est tout à fait possible de réaliser une photo panoramique de qualité avec un minimum de connaissances, du matériel standard … et à main levée. Pour les plus curieux, une deuxième partie abordera de manière plus approfondie les caractéristiques de la photo panoramique. Cet article n’aborde pas le concept de visite virtuelle et image 3D.

La photo panoramique

Il ne faut pas confondre une photo panorama et une photo panoramique. Une photo panoramique est une technique photographique qui permet d’immortaliser une scène dans un champ de vision plus large que la focale de notre optique. La photo panoramique est donc la conséquence de l’assemblage de plusieurs clichés pris indépendamment. Changer le format d’une image en réduisant le haut et le bas d’une image n’est pas une vraie photo panoramique.

La photo panoramique demande d’avoir recours à un logiciel qui va assembler nos différentes prises de vues. Il existe des logiciels payants comme Photoshop et Lightroom mais également des ressources gratuites comme Hugin.

Paysage en panoramique par Kenneth-Hargrave
Paysage en panoramique par Kenneth-Hargrave

Pourquoi faire une photo panoramique ?

La photo panoramique permet de contourner plusieurs contraintes :

  • le manque de recul pour photographier entièrement une scène
  • le manque de pixels d’un appareil photo (il est donc possible de profiter d’agrandissement plus important avec une photo panoramique)
  • les déformations disgracieuses liées aux optiques grand angle
  • l’absence d’objectif grand angle

mais aussi pour apporter un point de vue originale à nos images.

Comment réaliser une photo panoramique à main levée

Il faut savoir que 90% du travail d’une photo panoramique se fait directement à la prise de vues. Avant de commencer la pratique avec votre reflex ou boîtier hybride, suivez ces quelques conseils préalables :

  • utilisez une optique de qualité. Un objectif médiocre produit des déformations, du vignettage et le manque de netteté des images peut être problématique lors de l’assemblage dans le logiciel.
  • utilisez une focale égale ou supérieur à 28mm. Ne faites pas l’impasse sur les longues focales qui permettent un tassement des perspectives.

En ce qui concerne la prise de vues à main levée  :

  • choisissez un sujet intéressant et appliquez les règles de composition photographique qui s’imposent pour une image harmonieuse. 
  • évitez de photographier trop large. Une image panoramique trop large n’aura pas un effet naturel. 
  • pour débuter, évitez  l’ajout de premier plan. En effet la gestion des déformations des premiers plans demande un peu de savoir faire. Assurez-vous d’avoir un premier plan assez éloigné.
  • réglez la balance des blancs en automatique. La balance des blancs automatique convient dans 90% des situations. Pour les plus sceptiques, rien ne vous empêche de préciser manuellement une valeur.
  • débrayez l’autofocus et appliquez une seul mise au point manuelle pour apporter une cohérence à l’image et aider l’assemblage logiciel.
  • utilisez une seule valeur d’ouverture pour les mêmes raisons vues précédemment.
  • choisissez une vitesse moyenne pour éviter d’avoir de trop grands écarts d’exposition sur les différents clichés. Une lumière cramée (jargon photographique !) sera irrécupérable. 
  • important ! Photographiez verticalement pour permettre un meilleur recadrage logiciel et une proportion harmonieuse.
  • pour éviter les trop grandes différences de cadrages d’une image à l’autre à main levée, suivez une ligne directrice naturelle ou des points de référence dans le décor.
  • photographiez en tournant autour du boîtier. Inspirez-vous de l’illustration ci-dessous. 
Illustration d'une prise de vue idéale pour une belle photo panoramique
Illustration d'une prise de vue idéale pour une belle photo panoramique
  • faites chevaucher les images sur ⅓ de la surface. Tous les logiciels ont besoin d’avoir une surface de pixels identiques pour assembler correctement chaque image. De plus, ce chevauchement important atténuera les trop grandes différences d’exposition.
illustration d'un chevauchement d'images pour la réalisation d'une photo panoramique
illustration d'un chevauchement d'images pour la réalisation d'une photo panoramique

Aller plus loin dans la photo panoramique

La première partie de cet article était destinée à montrer que la photographie panoramique est accessible à tous. Toutefois, si vous souhaitez acquérir une démarche plus professionnelle dans ce domaine, bienvenue dans cette deuxième partie. Pour commencer, il faut :

  • réaliser une série de prises de vues à l’aide d’un trépied stable et parfaitement horizontal.
  • utiliser le niveau électronique de votre boitier pour vous assurer de la parfaite planéité du matériel lors du mouvement circulaire de l’appareil. Je rappelle que la prise de vues se fait verticalement.
  • utiliser une télécommande pour supprimer toutes sources de vibration sur le boîtier.

Le point Nodal et la pupille d’entrée

Retenez que le point nodal ou la pupille d’entrée correspond au point de rotation idéal de votre boîtier. Il y a bien souvent un amalgame entre le terme générique point nodal et pupille d’entrée (qui sont 2 endroits distincts). On utilise à tort le terme point nodal pour désigner cet axe de rotation idéal. Or, il faudrait parler plus exactement de pupille d’entrée. Bref ceci étant dit, ce qui nous intéresse réellement  c’est bien la recherche d’un plan de rotation idéal.

La  recherche du point nodal est très importante à effectuer  dès que vous incluez un avant-plan dans votre image panoramique ou que vous photographiez avec une focale relativement grand angle (en dessous de 50mm). En effet, une prise de vues réalisée sans précaution  engendrera des problèmes d’incohérences visuelles. C’est-à-dire,  des décalages incohérents entre des sujets à l’avant-plan et à l’arrière-plan (voir illustration ci-dessous).

La pupille d’entrée ou plan nodal se trouve dans l’objectif. Concrètement cela se trouve dans le plan du diaphragme vu depuis la lentille frontale. L’emplacement de la pupille d’entrée est différent selon l’objectif mais également selon la focale d’un zoom.

Illustration du non respect du plan nodal
Illustration du non respect du plan nodal

Dans l’exemple ci-dessus on perçoit très clairement le problème du non respect du plan nodal avec un sujet relativement proche. L’arbre devant la maison ne couvre pas la même portion du bâtiment sur les 2 images. C’est cette incohérence de prise de vues qui mettra à mal l’assemblage logiciel.

Un matériel spécifique

L’équipement minimum pour une démarche de prise de vues soignée se compose :

  • d’un trépied robuste et stable
  • d’une rotule photo ou une embase adaptée à votre matériel et munie d’un plateau indépendant gradué sur 360° comme la rotule Leofoto NB34 ou la rotule Caruba vh10.
Rotule Leofoto NB-34 avec plaque Arca-swiss
Rotule Leofoto NB-34 avec plaque Arca-swiss
Rotule Caruba vh10 avec plateau gradué
Rotule Caruba vh10 avec plateau gradué

Å ces éléments standards,  il faut rajouter :

  • un plateau coulissant Nodal ou une règle nodale pour la recherche du point nodal ( à adapter sur une rotule classique).
  • un L-bracket pour pouvoir photographier en mode portrait tout en gardant le point nodal (par exemple le L-bracket MS050M4-Q2).
Plateau coulissant nodal pour réalisation d'une photo panoramique
Plateau coulissant nodal pour réalisation d'une photo panoramique
L-Bracket Manfrotto MS050M4-Q2
L-Bracket Manfrotto MS050M4-Q2

Une simple rotule boule ou une rotule classique dans sa configuration initiale n’est pas adaptée pour la prise de photos panoramiques en prenant en compte le point nodal. 

Il existe bien évidemment des rotules intégrant tous ces éléments. Ces rotules s’appellent des têtes panoramiques. Toutefois le tarif de ce type de matériel est conséquent. À vous de juger selon votre utilisation. Voici une sélection de têtes panoramiques : Manfrotto MH057A5 et Bushman Kalahi v2.

Kit tête panoramique Manfrotto MH057A5
Kit tête panoramique Manfrotto MH057A5
Tête panoramique Bushma Kalahari v2
Tête panoramique Bushma Kalahari v2

Les solutions logiciels d’assemblage pour réaliser une image panoramique

Une fois la prise de vues réalisée, vient le temps de l’assemblage logiciel. Cet article ne vous fournira pas un tutoriel complet sur l’assemblage de vos photos dans les différents logiciels mais plutôt un éventail des possibilités qui s’offrent à vous. Tout d’abord, il faut savoir que ces assemblages sont extrêmement simples à réaliser. Comme toujours il existe des notions et options que vous pouvez approfondir pour mieux contrôler ce processus automatique.

Comme bien souvent il y a des logiciels gratuits comme Hugin qui sont très bons dans ce qu’on leur demande et puis des logiciels payants comme Photoshop ou Lightroom qui vous offriront plus de possibilités dans la réalisation. L’option payante représentée par Photoshop et Lightroom à un avantage non négligeable par rapport au logiciel Hugin : la possibilité d’assembler ses images au format raw !

Hugin offre toutefois la possibilité (à configurer dans ses préférences) d’assembler vos images au format moins compressé que sont le TIFF ou PSD

En effet, l’assemblage n’est pas la finalité d’une image panoramique. Le recadrage et votre retouche localisée sera votre signature artistique. Comme on le sait tous, le format raw vous offrira beaucoup plus de latitude de retouche (comme récupérer les basses ou hautes lumières).

L’assemblage des images dans :

  • Photoshop se fait par la sélection de l’outil photomerge accessible dans l’onglet fichier et l’option automatisation
  • Lightroom par un clic droit sur la sélection des images puis l’outil fusion de photo en panorama.
  • Hugin par le bouton créer le panorama (n’oubliez pas au préalable de bien configurer dans le logiciel vos préférences comme l’alignement automatique ou le redimensionnement à 100%).

Il faut savoir qu’il existe, selon les logiciels, différentes manières d’assembler les photos. Ces options de projections géométriques peuvent être:

  • cylindrique (option projection géométrique en courbe qui est à privilégier pour les panoramiques couvrant plus de 120°. Ne convient pas aux images prises avec une focale grand angle)
  • sphérique ( variante de la projection géométrique précédente)
  • perspective (projection géométrique linéaire idéale quand votre panoramique couvre moins de 120°)
  • ainsi que le mode automatique, collage, repositionnement, mercator…

Ne vous contentez pas du mode automatique. Prévisualisez ces options de projections géométriques logicielles et choisissez la méthode d’assemblage qui vous convient le mieux 😀.

Panoramique d'une voie lactée par Skeeze
Panoramique d'une voie lactée par Skeeze

Conclusion

J’espère vous avoir donné envie de réaliser avec votre boîtier reflex ou hybride quelques photos numériques. Si de nos jours il est possible d’effectuer des images panoramiques au rendu bluffant avec son smartphone, la qualité des images, l’assemblage logiciel et la souplesse du post-traitement final restent bien en dessous de ce qui vient d’être décrit dans cet article. À vous de jouer … ou plutôt de superposer 😉.

Paysage panoramique de Madhu Shesharam
Paysage panoramique de Madhu Shesharam
Avatar de Patrick Goujon
Auteur

Photographe passionné spécialisé dans la macro et proxi photographie créative. Amoureux de la nature et aussi un peu geek sur le matériel photographique 🙂.

1 Commentaire

  1. Avatar de Patrick Goujon
    Thierry navarro Répondre

    Bonjour,
    Petit correctif pour votre article: la balance des blanc doit être manuelle car en WB auto chaque cliché sera adapté par l’appareil individuellement et la colorimétrie sera légèrement différente sur chaque cliché et très compliquée à assembler. Mieux vaut une balance manuelle fausse (corrigible globalement une fois le pano réalisé) qu’une balance auto plus juste mais différente sur tous les clichés. Mieux une WB manuelle mesurée sur charte gris neutre.
    Pensez à votre exposition manuelle, et désactivez vos D-lighting (Nikon) et autres compensations de contraste automatiques…
    Dans photoshop le panorama se fait très facilement par chargement des fichiers dans une pile puis « alignement »… pas besoin d’outil spécifique…
    Même si une photo panoramique peut avoir n’importe quel format, les puristes apprécieront rester sur un format d’usage (traditionnel), qui est le 3:1… un pré-calcul du nombre de cliché et des chevauchements/angles sera donc nécessaire… Le panorama 1 ligne est simple mais il y a quand même quelques précautions à prendre…
    Voilà pour ma contribution
    Bon shoots
    Thierry Navarro

Écrire un commentaire

Retour en haut