Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content

Fujifilm présente son nouvel hybride moyen-format, le GFX 50S II. Plus qu’une mise à jour du GFX 50S, il s’agit d’un GFX 100S allégé. Cette approche permet au constructeur d’offrir le moyen-format numérique le plus abordable de l’histoire, avec un tarif de plein format 24×36 mm milieu de gamme… Il s’accompagne d’un nouvel objectif de kit, le GF 35-70mm F4.5-5.6 WR.

Fujifilm GFX 50S II : le faux jumeau du GFX 100S

Il y a quatre ans, Fujifilm revenait dans le monde du moyen-format avec le GFX 50S. Doté d’un capteur de 33×44 mm d’une définition de 51 MP, cet hybride d’exception reprenait les barillets d’appareils APS-C tels que le X-T4 dans un boîtier complexe. En particulier, le viseur pouvait être démonté et orienté.

En 2019, la marque montait en gamme avec le GFX 100, bien plus avancé. Celui-ci ne se contentait pas de passer à 102 MP : son capteur était rétroéclairé. La mise au point par corrélation de phase arrivait, de même que la stabilisation mécanique et la vidéo 4K. L’ergonomie radicalement différente le destinait aux professionnels.

Fujifilm GFX 50S II vu de dessus
Le GFX 50S II offre une ergonomie classique, avec barillet PSAM, viseur fixe et écran secondaire.

Enfin, l’hiver dernier, elle lançait le GFX 100S, un modèle intermédiaire. Il reprenait l’essentiel du GFX 100, mais inaugurait un nouveau boîtier plus compact et simple d’emploi. Il adoptait notamment un sélecteur de mode PSAM classique (avec cinq positions personnalisables). Le viseur était également plus modeste et le boîtier n’hébergeait qu’une seule batterie. En revanche, le capteur de 102 MP stabilisé était toujours présent.

Le nouveau GFX 50S II vient pour sa part se placer en entrée de gamme. Logiquement, il adopte donc le boîtier le plus « grand public » : il est extérieurement identique au GFX 100S. Il mesure 15 cm de largeur et 10,4 cm de hauteur et pèse 900 grammes. Il est ainsi plus compact et léger que le Panasonic S1, qui se contente d’un capteur 24×36 mm !

Un capteur de 51 MP classique

Sous cette coque familière, le GFX 50S II trouve un équilibre entre les composants du 100S et ceux du 50S, premier du nom. Au cœur de l’appareil, vous trouverez le capteur de 51 MP de son aîné. Comme lui, il est donc dépourvu de détecteurs de phase : l’autofocus est limité à la mesure du contraste. Toutefois, le GFX 50S II reçoit le nouveau X-Processor 4. Plus puissant et doté d’algorithmes plus modernes, il assure une réactivité accrue. Son autofocus sera donc plus adapté aux sujets fixes qu’à la photo de sport, mais il sera pleinement satisfaisant pour un travail au studio ou en portrait.

Capteur Fujifilm 51 MP

Autre limitation attribuable au capteur : la vidéo. Le GFX 50S II filme en Full HD à 24, 25 ou 30 images par seconde. C’est suffisant pour une utilisation occasionnelle, mais les vidéastes exigeants se tourneront vers le GFX 100S. Enfin, le RAW est enregistré en 14 bits, contre 16 bits sur les modèles de 100 MP.

Une ergonomie soignée

En revanche, la stabilisation d’image est toujours présente, et même améliorée. Ce mécanisme gère cinq axes et compense jusqu’à 6,5 IL. Autrement dit, avec un objectif GF 63mm (équivalent 50 mm), vous devriez pouvoir faire des photos nettes avec une seconde de pose !

Le mode multi-shot est également repris. En décalant le capteur pour regarder « entre les pixels », celui-ci augmente la définition jusqu’à 200 MP et, surtout, élimine presque totalement le moiré coloré. Il est donc idéal pour photographier des paysages urbains ou reproduire des œuvres d’art.

Écran orientable du Fujifilm GFX 50S II

Le viseur est identique à celui du GFX 100S. Avec 3,69 millions de points et un grossissement de 0,77×, ce modèle OLED offre une finesse appréciable sans grever le budget. À ses côtés, vous trouverez un écran secondaire. Il propose divers affichages, des classiques paramètres de prise de vue à un original mais bien pratique histogramme d’exposition.

L’écran, pour sa part, est toujours tactile et orientable vers le haut, le bas ou la droite. Cette dernière possibilité permet de travailler confortablement sur un trépied en orientation verticale. C’est un vrai plus, notamment pour les portraitistes de studio.

Une connectique complète

Ceux-ci apprécieront également la prise synchro-flash classique, en plus de la griffe ISO (avec contacts TTL Fujifilm). À ses côtés, une prise USB-C permet de télécharger rapidement les données et d’alimenter l’appareil. Elle permet également de relier l’appareil à un ordinateur afin de réaliser des prises de vues connectées.

Bien que la vidéo ne soit pas la vocation première de ce modèle, une entrée stéréo et une sortie casque sont présentes, ainsi qu’une sortie Micro-HDMI. Vous pouvez également brancher une télécommande filaire sur un mini-jack 2,5 mm.

Le GFX 50S II propose également deux connexions sans fil. Le Bluetooth 4.2 et le Wi-Fi permettent de d’associer l’appareil à un smartphone ou une tablette afin de le commander à distance, de prévisualiser les images et de les télécharger.

Le Fujifilm GFX 50S II, le moyen-format accessible

Le GFX 50S II est ainsi une grosse amélioration par rapport au GFX 50S. C’est aussi un petit frère cohérent du GFX 100S. Mais c’est surtout son tarif qui le distingue.

GFX 50S II en kit de face

À 3999 € nu, c’est en effet le moyen-format numérique le plus abordable de l’histoire, et de loin. Il est au même prix que le Sony α7R IV, qui offre une définition légèrement supérieure mais sur un capteur sensiblement plus petit (24×36 mm). Le Panasonic S1R, qui se contente de 47 MP et d’un format 24×36 mm, est à peine moins cher. Le GFX 50S II est donc la porte d’entrée idéale pour ceux qui souhaitent découvrir les avantages et le rendu spécifique du moyen-format.

Pour enfoncer le clou, Fujifilm propose également un nouvel objectif de kit. Vous aurez ainsi un moyen-format prêt à l’emploi pour 4500 €.

Fujinon GF 35-70mm F4.5-5.6 WR : le zoom standard léger et abordable

Nous conclurons donc avec cet objectif, le GF 35-70mm F4.5-5.6 WR. Comme son nom l’indique, c’est un zoom 2×, allant de 35 à 70 mm. Il cadre donc comme un 27-55 mm monté sur un appareil 35 mm. Son ouverture est modeste : f/4,5 au grand-angle et f/5,6 à la focale maximale.

Objectif Fujinon GF35-70mm F4.5-5.6 WR

En contrepartie, il est exceptionnellement compact et léger. Il ne fait que 7,4 cm de longueur (en position de transport) et pèse moins de 400 grammes. Avec le GFX 50S II, le kit prêt à photographier fait donc environ 1,3 kg, plus léger qu’un Nikon D6 ou un Canon EOS-1D X III nus !

L’objectif conserve pourtant une protection contre les intempéries et un diaphragme à neuf lamelles. Son moteur autofocus pas-à-pas est idéal aussi bien en photo qu’en vidéo. La mise au point à 25 cm permet de photographier plein cadre un sujet de 15 cm de largeur.

Il devrait donc être idéal, par exemple, pour les paysagistes désireux de voyager léger. Il sera également vendu séparément, pour le tarif très raisonnable de 999 €.

Prix et disponibilité

Le Fujifilm GFX 50S II et le GF 35-70mm seront proposés aux tarifs suivants :

Fujifilm GFX 50S II boîtier nu : 3999 €, à partir de fin septembre

Kit Fujifilm GFX 50S II et Fujinon GF 35-70mm F4.5-5.6 WR : 4499 €, à partir de fin septembre

Fujifilm GF 35-70mm F4.5-5.6 WR : 999 €, à partir de novembre

Avatar de Franck Mée
Auteur

Traducteur, journaliste, pilote privé. Passionné de photo et de cinéma, docteur en binge-watching, mais surtout fasciné par tout ce qui vole, du martinet au Boeing 747. Considère qu'un 200 mm, c'est un grand-angle.

Écrire un commentaire

Retour en haut