Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content

Nous avons déjà abordé, au cours d’un précédent article, dans quelle mesure le paramètre de prise de vue qu’est l’ouverture de diaphragme influe sur la profondeur de champ, mais cette dernière notion mérite assurément un article dédié. Nous vous proposons donc de passer en revue tous les facteurs qui autorisent une bonne gestion de la profondeur de champ, afin de vous permettre de favoriser – ou au contraire d’éviter – la création de flous d’arrière-plan.

#1 Qu’est-ce que la profondeur de champ ?

Peut-être l’avez-vous déjà remarqué : lors de la capture d’une photographie, lorsque la mise au point est faite sur un sujet de façon à ce qu’il apparaisse net, la partie de l’image qui se révèle nette couvre en fait une surface plus ou moins grande suivant les conditions et paramètres de prise de vue. La notion de profondeur de champ (ou PDC) désigne l’étendue de la zone de netteté qui figure sur une photo, c’est-à-dire la distance entre le premier plan net et le dernier plan net de l’image.

  • Lorsque la profondeur de champ est petite, la zone de netteté est faiblement étendue (quelques centimètres).
  • Lorsque la profondeur de champ est grande, la zone de netteté est très étendue (plusieurs mètres).

Dicté par le photographe, le choix d’une zone de netteté plus ou moins étendue doit être motivé par l’effet esthétique qu’il souhaite créer, ainsi que par les éléments de l’image qu’il souhaite mettre en valeur ou, au contraire, dont il préfère estomper la présence.

Exemple de profondeur de champ.
Sur cette photographie, le choix d’une profondeur de champ réduite permet d’isoler un membre de la garde d’honneur russe tout en conservant l’effet esthétique créé par la répétition des motifs. Photo : Chad J. McNeeley.

La plupart des portraits photographiques disposent ainsi d’une petite profondeur de champ, de manière à isoler le sujet principal et attirer l’attention du spectateur sur celui-ci. Il est au contraire conseillé de privilégier une grande profondeur de champ en photographie de paysage, afin que tous les plans de l’image conservent une certaine lisibilité. Il est également possible de faire le choix d’une zone de netteté moyennement étendue – cela peut notamment être intéressant dans le cas du portrait environnemental, c’est-à-dire lorsque le contexte et l’environnement du sujet renseignent le spectateur sur ce dernier.

#2 Les différents facteurs qui influent sur la profondeur de champ

L’ouverture de diaphragme

Rappelons tout d’abord que le diaphragme désigne le mécanisme placé au sein d’un objectif. Il est composé de lamelles formant un trou dont le diamètre peut varier de manière à laisser passer plus ou moins de lumière. L’ouverture de diaphragme agit par conséquent sur l’exposition d’une photo, mais également sur sa profondeur de champ. Parmi tous les facteurs qui influent sur cette dernière, l’ouverture est d’ailleurs le paramètre le plus facilement modifiable par le photographe.

  • Plus l’ouverture de diaphragme est grande, plus la profondeur de champ est réduite. Pour réaliser un portrait avec un flou d’arrière-plan (ou bokeh) prononcé, il est conseillé de choisir une ouverture de diaphragme comprise entre f/1,4 et f/4.
  • A contrario, plus l’ouverture de diaphragme est petite, plus la profondeur de champ est grande. Il est donc souvent conseillé de fermer le diaphragme pour capturer une photo de paysage. Il est par exemple possible d’adopter une ouverture comprise entre f/8 et f/16.
Profondeur de champ : influence du diaphragme.
Image de gauche : 70 mm – f/2,8 – 1/25 s – 100 ISO. Image de droite : 28 mm – f/2,8 – 1,3 s – 100 ISO. Le changement d’ouverture de diaphragme modifie la profondeur de champ.

La distance focale

Parfois simplement appelée « focale », la distance focale constitue une caractéristique physique de tout objectif. Dans la pratique, cette caractéristique dicte notamment l’angle de champ avec lequel un dispositif photographique (objectif et boîtier) est capable de capturer la scène photographiée. Lorsque la distance focale est réduite, l’angle de champ est grand et on parle alors d’objectif grand-angle ou de courte focale. À l’inverse, si la distance focale est élevée, l’angle de champ est restreint et on a donc affaire à un téléobjectif ou une longue focale.

  • Plus la distance focale de l’optique utilisée est élevée, plus la profondeur de champ est réduite. Pour obtenir une photographie comportant un flou d’arrière-plan prononcé, il est conseillé de choisir un objectif dont la focale est supérieure à 50 mm – une distance focale comprise entre 85 et 135 mm et souvent considérée comme idéale pour la pratique du portrait.
  • À l’inverse, plus la distance focale de l’optique est réduite, plus la profondeur de champ est grande. Les photographes de paysage et d’architecture qui souhaitent obtenir une zone de netteté étendue privilégient donc l’usage d’objectifs grand-angle (dont la focale est inférieure à 40 mm) ou ultra grand-angle (focale inférieure à 25 mm).
Profondeur de champ : influence distance focale.
Image de gauche : 70 mm – f/2,8 – 1/25 s – 100 ISO. Image de droite : 28 mm – f/2,8 – 1/25 s – 100 ISO. En plus de modifier le cadre, le changement de distance focale modifie la profondeur de champ.

La distance de mise au point

Plus facile à appréhender que les deux précédentes notions, la distance de mise au point est tout simplement la distance qui sépare l’appareil photo du sujet, sur lequel a été faite la mise au point. Avec un même sujet et de mêmes paramètres de prise de vue, une variation de la distance de mise au point entraîne forcément un changement de valeur de cadre. L’utilisation d’une distance de mise au point courte est ainsi souvent associée un cadrage serré du sujet (gros plan, macrophotographie, etc.), tandis que le choix d’une distance de mise au point longue correspond en général à une vue d’ensemble.

  • Plus la distance de mise au point est courte, plus la profondeur de champ est réduite. Pour créer un flou d’arrière-plan prononcé, il faut par conséquent être proche du sujet. Notons que cela peut poser problème en macrophotographie – limitée à quelques millimètres, la zone de netteté s’avère alors tellement réduite qu’elle ne couvre pas l’entièreté du sujet.
  • Au contraire, plus la distance de mise au point est longue, plus la profondeur de champ est grande. Quels que soient les autres paramètres de prise de vue choisis, une vue d’ensemble est donc propice à une zone de netteté étendue.
Profondeur de champ : influence distance de mise au point.
Image de gauche : 70 mm – f/2,8 – 1/25 s – 100 ISO. Image de droite : 70 mm – f/2,8 – 1/25 s – 100 ISO. Les paramètres de prise de vue sont ici identiques, mais l’appareil a été déplacé de façon à modifier la distance de mise au point. Il en résulte une modification du cadre, mais également de la profondeur de champ.

Annexe : la taille du capteur a t-elle un impact sur la profondeur de champ ?

Les appareils photo dotés d’un capteur de grande taille (24×36 et moyen format) sont réputés pour autoriser la création d’effets de profondeur de champ extrêmement prononcés. Lorsque tous les paramètres de prise de vue précédemment cités sont identiques, le choix d’un boîtier doté d’un capteur 1”, 4/3”, APS-C, 24×36 ou moyen format n’a pourtant aucune incidence sur l’étendue de la zone de netteté de la photographie capturée.

La confusion à ce sujet provient du fait que l’utilisation d’une même focale avec des appareils dotés de capteurs de tailles différentes donne lieu à des modifications de l’angle de champ. Par exemple, si un objectif doté d’une focale de 50 mm octroie un angle de champ d’environ 47° lorsqu’il est monté sur un appareil 24×36, il confère un angle de champ d’un peu plus de 23° quand il est associé à un boîtier Micro 4/3. Pour obtenir le même angle de champ – et ainsi le même cadrage – avec un appareil 24×36 et un appareil Micro 4/3, il est par conséquent nécessaire de munir ce dernier d’une plus courte focale que le premier. Comme nous l’avons vu plus haut, c’est donc ce changement de distance focale qui influe sur la profondeur de champ.

Pour conclure

La possibilité de gérer la profondeur de champ d’une photo constitue un effet créatif plutôt jubilatoire, car extrêmement efficace lorsqu’il s’agit d’influer sur l’esthétique d’une image. Cet effet se montre d’ailleurs accessible aux photographes débutants : certains objectifs peu onéreux disposent d’une focale adaptée au portrait et autorisent le choix d’une grande ouverture de diaphragme. Pour un peu plus d’une centaine d’euros, les utilisateurs d’un boîtier Canon ou Nikon APS-C ou 24×36 peuvent par exemple faire l’acquisition d’une optique 50 mm f/1,8 (voir le Canon EF 50 mm f/1,8 STM et le Nikon AF Nikkor 50 mm f/1,8 D). Une fois armé d’une telle focale, il ne reste plus qu’à jouer avec l’ouverture de diaphragme et la distance de mise au point pour s’initier au contrôle de la profondeur de champ.

Avatar de Lucien de MissNumerique
Auteur

Photographe, auteur et formateur. Il est un grand spécialiste de l'industrie de l'image. La photo et la vidéo n'ont pas de secret pour lui.

3 Commentaires

  1. Avatar de Lucien de MissNumerique

    Attention la focale n’a aucune influence sur la profondeur de champ. Pour un même cadrage et à ouverture égale, la profondeur de champs sera strictement identique sur un 28 ou un 80 mm. Je comprends qu’on veut appuyer ici sur le fait que l’on se sert plus facilement de longues focale pour cadrer des sujets éloignés mais c’est un raccourci qui peut induire en erreur.

    • Avatar de Lucien de MissNumerique
      Miss Numerique Répondre

      Nous vous confirmons que dans des conditions identiques de prise de vue (par ex. mise au point à 5 mètres et diaph à f/8), la profondeur de champ sera plus courte avec une focale de 600 mm qu’avec une focale de 50 mm. Les conditions de cadrage ne peuvent en aucun cas être similaires d’une focale à l’autre, sauf pour des valeurs relativement proches où le déplacement du photographe peut compenser cet écart. D’où la différence de profondeur de champ à distance égale du sujet avec des focales différentes.

  2. Avatar de Lucien de MissNumerique

    bravo pour cet article bien illustré qui aide à comprendre la profondeur de champ.C’est un sujet difficile à maîtriser pour moi,et je comprends mieux l’expérience ,surtout avec même focale et ouverture.Après des entrainements,j’espère y arriver.A bientôt

Écrire un commentaire

Retour en haut