Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Derrière Lotale se cache une jeune étudiante de 22 ans encore assise sur les bancs de l’ECV de Lille, la fameuse école de design et d’animation… Nous n’en saurons finalement pas beaucoup plus, la demoiselle cherchant à garder une certaine part de mystère autour de son personnage.

En revanche, un simple coup d’oeil à son portfolio et l’on peut d’ores et déjà supposer d’une chose… Lotale possède un certain talent – voir un talent certain pour mettre en scène les corps, pour faire exploser les couleurs, pour jouer avec les effets et le montage photo façon puzzle design. Un vrai univers qu’elle classe par thématique, Eléments, Narcisse, Animal, Boddies, Emotions… Qu’elle se plaît à décliner à l’envi, en jouant de sa passion originelle pour le photo-montage.

Nothing lasts ©Lotale

Et si en plus, on ajoute qu’elle s’est sérieusement mise à la photographie depuis seulement cinq ans, nous voilà persuadés d’avoir sous les yeux une nouvelle venue à suivre de près. Interview à distance avec une créatrice bourrée de talent – et de tempérament !

L’appareil photo ne fait peut être pas le photographe, mais le choix de l’appareil par le photographe est néanmoins un choix artistique à ne pas négliger. 

Dans votre bio, vous vous décrivez comme « à peu près autodidacte »… Ça veut dire quoi ?
En fait, j’ai commencé la photo il y a cinq ans à peu près, soit un an avant d’entrer en école de graphisme. J’ai donc appris énormément de choses toute seule… Mais j’ai quand même attrapé quelques petites astuces dans mes cours qui font que je ne peux pas être totalement considérée comme « autodidacte ». « A peu près autodidacte », ça correspondait mieux à la vérité.

Comme vous êtes un peu une touche à tout, vous écrivez quoi sur votre carte de visite ? Designer ? Graphiste ? Photographe ?
Créatrice probablement ? Je n’aime pas vraiment cette manie en France de placer une étiquette sur un créa… Cette idée de l’enfermer dans un domaine pour le reste de sa carrière, ce qui arrive beaucoup dans le graphisme. 

Water // Elements © Lotale

Dans quoi vous sentez-vous le plus à l’aise ? Et comme ce n’est peut-être pas la même réponse, qu’est-ce qui vous passionne le plus ?
Je suis probablement plus à l’aise dans la retouche. En fait, c’est ce qui m’a intéressé en premier. Et du coup j’avais besoin de matériel photographique à retoucher… Ce qui me passionne le plus… C’est un peu par période je dirais, et par potentiel d’apprentissage aussi. En ce moment c’est la musique, rien à voir !

Pourquoi mettre en scène les corps spécifiquement ?
Parce qu’un corps, c’est beau, malléable et expressif. Et parce qu’à mon sens, c’est le meilleur moyen pour représenter une émotion humaine.

Fonctionnez-vous par série, par envie, par humeur du moment ?
Je fonctionne par idées… Ce qui est autant problématique quand elles ne viennent pas (parfois pendant des mois) que le jour où elles arrivent toutes en même temps !

Fire Rose // Elements © Lotale

Vous jouez aussi bien avec le noir et blanc, la couleur, la saturation, la lumière… Vous travaillez sans restriction ?
L’esthétique est principalement au service du concept et de ce qu’il demande, la seule restriction c’est le budget qui déterminera le nombre de lumières par exemple. 

Quel type d’appareils utilisez-vous ?
Pendant quatre ans, un Pentax K50… Désormais un 5DMIV, gros changement ! Par contre je ne fais pas d’argentique… Pour le coup, ce n’est vraiment pas mon truc. 

On me dit souvent que l’appareil photo ne fait pas le photographe, qu’un artiste peut prendre de très belles images avec un appareil jetable. Vous partagez ce point de vue ?
Oui et non. Pendant longtemps j’ai été avec un petit Reflex pas fou, et c’est vrai que cela ne m’a pas empêché de faire quelques unes de mes photos préférées. Mais au fil du temps, même si la créativité est toujours là, je pense qu’on devient plus exigent sur la qualité technique. On réfléchit à quelle optique utiliser pour quel effet, quelle lumière pour dire quoi etc… L’appareil photo ne fait peut être pas le photographe, mais le choix de l’appareil par le photographe est néanmoins un choix artistique à ne pas négliger. 

The Hand // Narcisse ©Lotale

Quelles sont les étapes de votre procédé de création ?
Je respecte souvent les trois étapes basiques : pré-prod, prod et post-prod. Je commence par des moodboards, des croquis, des palettes de couleurs pour trouver comment réaliser l’image techniquement. Puis vient ensuite le temps des prises de vues dont j’aurait besoin pour enfin passer au montage, qui nécessite nombreux retours dans les semaines qui suivent. Le tout prend en général un mois… Mais une fois j’ai dû le faire en trois jours. 

Combien de temps passez-vous sur le montage, proportionnellement au reste ?
Tout dépend de l’image. Si ce sont des effets pratiques, peut être 30%… En revanche, si ce n’est que du compositing, alors parfois jusque 70%. 

Combien d’images superposez-vous pour obtenir la photo finale ?
Pareil, rien n’est figé… Cela peut aller de deux photos, à une centaine une fois : je voulais faire un parterre de tournesol mais je n’en avais qu’un ! Mais en général autour d’une dizaine. Comme la majorité des shootings est réalisée sans équipe, c’est très dur d’avoir tout les bouts parfaits en une image… Alors je vais prendre un pied sur une photo et une main sur une autre, pour créer la position dessinée de base. 

Prise de tête © Lotale

Comment décririez-vous votre univers en quelques mots ?
… Peut-être surréaliste et élégant ? L’élégance a toujours été une inquiétude majeure pour moi. Parce que c’est très facile de passer du coté vulgaire au yeux des gens quand on traite du corps. 

… Enfin, est-ce que votre monde ressemble à celui de vos photos ?
Non justement, mes photos me permettent de montrer des choses qui n’existent pas et de m’échapper d’un monde trop plat. 

Portrait © Lotale
Negative Space © Lotale
Earth Roots // Elements © Lotale
Floating ©Lotale

En savoir plus sur Lotale :

lotale.com
@lotale_

Avatar de Aurélie Vautrin
Auteur

Journaliste, Curieuse, Baroudeuse, Couteau Suisse. Passionnée par le cinéma, la littérature, la photographie et la contre-culture. Bref, lire, écrire et courir, mais pas les trois à la fois parce que ce n'est pas pratique.

Écrire un commentaire

Retour en haut