Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Nikon présente le Z5, nouveau petit frère de ses hybrides plein format Z6 et Z7. Avec 24 MP, la vidéo 4K, un beau viseur et deux logements SD, il s’annonce comme un excellent boîtier plein format grand public, un concurrent de choix pour le Sony α7 III. Il sera accompagné d’un nouveau zoom compact, le Nikkor Z 24-50 mm f/4-6.3.

Nikon Z5 : le 24×36 mm grand public

Avec les Nikon Z6 et Z7, la marque jaune a réalisé une belle opération : ses deux premiers hybrides plein format proposent d’excellentes performances, une prise en main unanimement appréciée et des fonctions avancées comme la vidéo ralentie et l’enregistrement N-log, puis (en option) en RAW sur un enregistreur Atomos !

Vue de face du Nikon Z5 et du Nikkor 24-50mm

Cependant, tous les utilisateurs n’ont pas besoin de telles performances, qui s’accompagnent de certaines contraintes. Par exemple, l’obligation de s’équiper de cartes mémoire XQD, relativement coûteuses. Il y avait donc de la place pour un appareil plus grand public : ce sera le Nikon Z5. Plus abordable, il sera proposé en kit (voir plus bas) au prix du Z6 nu.

L’essentiel du Z6

La recette adoptée par Nikon est simple : reprendre l’essentiel du Z6, et notamment tout ce qui avait séduit les testeurs, et ne retoucher que quelques points-clés pour rendre l’appareil plus accessible. Le Z5 conserve donc un capteur de 24 MP capable de photographier jusqu’à 51 200 ISO en plage normale, avec sa stabilisation sur cinq axes. Il intègre toujours un autofocus hybride sur 273 points, avec détection des yeux et des animaux. Il dispose lui aussi de la vidéo 4K UHD à 30 im/s.

Dos du Nikon Z5
Le dos du Nikon Z5 est identique au Z6.

Lui aussi très proche du Z6, le boîtier conserve les deux molettes de réglages et le joystick de pointage, très pratiques. Les deux touches personnalisables en façade sont elles aussi toujours présentes. Le viseur OLED de 3,69 Mpt est également retenu, avec le même oculaire offrant un grossissement de 0,8× : la visée sera tout aussi confortable. La connectique reste généreuse, avec un port USB-C, des jacks micro et casque, une sortie HDMI et une prise télécommande. Les dimensions sont exactement celles du Z6 et le poids est identique à cinq grammes près.

Écran de rappel et SD : des modifications ciblées

Pourquoi, alors, le Z5 est-il plus abordable ? La différence la plus visible est l’abandon de l’écran de rappel supérieur : le sélecteur PSAM prend sa place. L’écran principal, toujours orientable verticalement, sera donc votre centrale de réglages si vous utilisez un trépied. Cet afficheur se contente de 1 040 000 points, une définition 50 % inférieure à celle du Z6, mais déjà confortable.

Dessus du Nikon Z5

Sur le plan fonctionnel, le Z5 abandonne le Wi-Fi 5 GHz et se contente du Wi-Fi 2,4 GHz, au débit plus limité. Cela ralentira le chargement des images sur le téléphone ou la tablette, mais les possibilités de contrôle à distance demeurent présentes. Le Z5 est également moins sportif : il ne dépasse pas 4,5 images par seconde. Il renonce à la vidéo haute vitesse et plafonne à 60 im/s en Full HD. Il fait également l’impasse sur le N-log et le ProRes RAW, apanage des professionnels.

Reste le dernier point, essentiel : adieu les cartes XQD, le Z5 revient aux classiques SD, avec deux ports compatibles UHS-II. Les utilisateurs les plus exigeants, adeptes de rafales en RAW par exemple, y verront un handicap. Mais pour ceux qui sont plus sensibles à la polyvalence, ce standard beaucoup plus répandu est en fait un avantage. Ils pourront faire passer leurs cartes d’un appareil à un autre, les lire directement sur leur ordinateur (pour peu qu’il dispose d’un port SD), et trouver des supports vierges pour une bouchée de pain en cas de saturation.

Le Nikon Z5 utilise deux cartes SD UHS-II

En somme, Nikon a retenu les leçons du Z50 : cette fois, l’appareil conserve tous les points forts de la famille (stabilisation du capteur, ergonomie, visée…) et ne fait que des concessions précises qui ne gêneront pas le grand public. C’est donc un excellent challenger que le Sony α7 III voit arriver sur son terrain.

Nikkor Z 24-50 mm : le zoom vraiment compact

Contrairement à ses grands frères, le Nikon Z5 ne sera pas disponible nu. Nikon lance un nouveau zoom dédié, le Nikkor Z 24-50 mm f/4-6,3, qui sera présent dans le kit.

Nikon 24-50 mm étendu et rétracté

Les zooms de kit sont généralement plus longs : nous avons l’habitude des 24-70 mm, voire 24-105 mm. Le nouveau 24-50 mm crée un « trou » avec le 70-200 mm, télézoom incontournable pour le portrait et la photo de sport. Mais en compensation, ce zoom couvrant les focales du grand-angle au standard est compact. Vraiment compact. 5,1 cm de longueur (en position de voyage) et 195 grammes seulement !

Malgré cet allègement, Nikon indique avoir obtenu une excellente qualité d’image, grâce à deux lentilles en verre ED et trois asphériques. L’autofocus pas-à-pas assure une mise au point rapide, silencieuse et fluide en vidéo.

Téléconvertisseurs 1,4× et 2×

En parallèle, Nikon présente également deux téléconvertisseurs en monture Z. Sans surprise, il s’agit d’un 1,4× et d’un doubleur, qui font perdre respectivement un et deux diaphragmes. Compatibles avec le 70-200 mm f/2,8, ils le transforment donc en 98-280 mm f/4 et en 140-400 mm f/5,6.

Le TC-2.0X transforme le 70-200 mm en 140-400 mm.
Le TC-2.0X transforme le 70-200 mm en 140-400 mm.

Le TC-1.4X coûte 629 € et le TC-2.0X pousse à 679 €. Ces tarifs sont comparables à ceux des produits similaires annoncés par Canon début juillet.

Tarifs et disponibilité

Le Nikon Z5 sera disponible en août 2020. Deux kits sont proposés :

Nikon Z5 + Nikkor Z 24-50 mm f/4-6,3 à 1900 €

Nikon Z5 + Nikkor Z 24-50 mm f/4-6,3 + bague FTZ (pour utiliser les objectifs de reflex) à 2050 €

Avatar de Franck Mée
Auteur

Traducteur, journaliste, pilote privé. Passionné de photo et de cinéma, docteur en binge-watching, mais surtout fasciné par tout ce qui vole, du martinet au Boeing 747. Considère qu'un 200 mm, c'est un grand-angle.

Écrire un commentaire

Retour en haut