Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

La photographie packshot fait référence à la photo d’objet ou de produit. Pratiquer la photo packshot, c’est aimer bricoler. Là ou la photo de mode, de portrait ou encore de rue est une photographie de l’instant, un cliché packshot est une aventure de construction. On construit aussi bien sa lumière que ses accessoires, souvent à usage unique. Un bout de carton servant de support ou faisant office de réflecteur illustre bien cet aspect. La photo de produit nécessite 1001 “trucs et astuces” et seul le cliché final compte. 

Ce genre photographique a souvent une finalité commerciale avec l’essor du e-commerce ou publicitaire pour les campagnes des marques. Personnellement, la photographie packshot m’a permis de comprendre (à échelle réduite et à moindre coût) les caractéristiques de diffusion de la lumière. Un savoir que j’ai indirectement utilisé dans d’autres disciplines photographiques.

Packshot de Malte Wingen
Packshot de Malte Wingen

Préparation au packsot

Voici 3 conseils de base pour vos prochaines photos d’objet : 

  • Afin de maîtriser entièrement l’éclairage, pensez à fermer toutes sources de lumière (une fenêtre par exemple).
  • Pour une belle photo de produit, il faut bien nettoyer son objet. C’est vraiment très important. Un bon nettoyage (ou plutôt dépoussiérage) vous fera gagner un temps précieux sur vos logiciels de retouches d’image. Pour ce faire, utilisez un chiffon doux. Il est fort à parier que de nouvelles poussières se déposeront à nouveau sur l’objet. Gardez toujours à portée de main une soufflette pour les enlever rapidement.
  • Réglez votre appareil photo en mode manuel et en raw. 

Le fond : un élément indispensable en packshot

La photo de packshot est souvent réalisée sur un fond uni blanc, mais rien ne vous empêche de varier les couleurs. Utilisez un rouleau de papier suffisamment large pour pouvoir photographier votre produit confortablement. L’objectif ici est de vous constituer un cyclo. Il s’agit d’un fond sans angle à l’arrière, qui permet de mieux présenter l’objet sans cassure de lumière.

Pour réaliser un fond adapté à la photo d’objet, vous avez 4 solutions “standards” et une plus insolite : 

  • Montez 2 trépieds studio avec une barre transversale pour mettre un rouleau de papier studio standard de 1,30 m environ. Le rouleau sera ensuite déployé en partie sur une table pour réaliser votre cyclo. Cet équipement demande un budget approximatif d’une centaine d’euro.
  • Déployer une grande feuille de papier sur un élément haut, que vous maintiendrez à l’aide de petites pinces ou scotch et que vous ferez tomber sur une table ou un bureau. Le budget se limitera ici au rouleau de papier … et au scotch.
  • Optez pour une cage à lumière :  l’accessoire le plus simple à utiliser car il suffit de la déplier et d’installer les lumières de part et d’autre. De plus, sa conception réduit fortement les reflets sur les objets brillants. Inutile de vous conseiller d’acheter une tente adaptée aux objets que vous souhaitez photographier.
  • La table photo : un peu plus coûteux que la solution précédente. Elle est plus longue à mettre en place. Néanmoins je la préfère car elle permet plus de liberté d’accessoirisation et d’espace de déplacement (quand on est maladroit c’est inestimable !).
Table de prise de vue packshot Kaiser compacte Easyfit
Table de prise de vue packshot Kaiser compacte Easyfit

La solution insolite consiste à utiliser votre baignoire. Oui oui, vous avez bien lu ! Les parois de la baignoire sont semblables à un cyclo. Pour avoir pratiqué “l’opération baignoire” vous serez confronté à :

  • une couleur unie fixe
  • des possibles reflets de brillance
  • des difficultés a placer vos lumières
  • un placement inconfortable de votre appareil photo (et de vous-même)

Comme je l’ai indiqué en introduction de cet article, seule la qualité finale compte ! Peu importe les conditions et le matériel de prise de vue utilisé.

Les accessoires indispensables à la photo de produit

La photo packshot est la discipline des accessoires pratiques, ingénieux ou détournés. Parmi ces accessoires, vous ne pourrez pas vous passer de :

À cette liste j’ajouterai un accessoire qui mériterait d’être plus populaire :

Charte de couleurs Color Checker de chez Xrite
Charte de couleurs Color Checker de chez Xrite

La focale adaptée au packshot

J’ai tendance à privilégier des focales assez longues pour photographier des objets. Une longue focale évite la déformation de l’objet mais permet aussi de m’éloigner de l’objet. En photographie packshot on a vite fait de concentrer énormément de matériel (trépied, accessoires, réflecteurs, flashs…) sur un espace très restreint. Vouloir s’éloigner, c’est minimiser le risque de se prendre les pieds dans le matériel 😁. Une longue focale permet de restreindre le champ de vision pour ne pas inclure les accessoires nécessaires à l’éclairage ou au positionnement du produit dans le cadre de l’image. Pour résumer, ma préférence va aux objectifs photo dont la focale se situe entre 90 et 150 mm.

Suivant la taille de votre objet, il se peut que celui-ci soit trop petit dans votre image, alors que vous êtes à la distance de mise au point minimum. En effet, si vous ne possédez pas d’objectif avec une position macro / proxi, vous aurez peut-être recours à des tubes-allonges. Les bagues-allonges sont des tubes de métal sans lentille qui s’intercalent entre votre boîtier et votre objectif. Elles permettent de réduire considérablement la distance de mise au point. Avec une distance de mise au point réduite, votre objet sera plus gros dans le cadre de votre image. Ces bagues coûtent quelques dizaines d’euros et vous n’êtes pas obligé de la prendre de la même marque que votre boîtier (seule la monture compte).

Illustration de 3 tubes-allonges
Illustration de 3 tubes-allonges pour réduire la distance de mise au point

La lumière en packshot

Pour réaliser l’éclairage de votre packshot, vous avez le choix entre plusieurs sources :

Votre source lumineuse doit être le plus diffuse possible pour éviter de trop marquer les ombres. La solution “confort” consiste à vous procurer un modeleur de lumière, comme une boîte à lumière (softbox), adapté à votre source. Dans le cadre de flashs cobra ou de petites sources lumineuses, rien ne vous empêche d’utiliser des tupperwares translucides, une grande feuille calque, voire de simples sacs plastiques de courses.

Toujours dans un souci de gain de temps en post-production, veillez à utiliser des sources de lumière qui ont toutes la même température de couleur. Peu importe que les sources soient trop jaunes ou trop bleues. La température de couleur globale d’une image est facilement modifiable à partir de votre raw (image brute). Une image comportant plusieurs sources lumineuses avec des températures de couleur différentes est un vrai casse-tête en post-traitement.

Packshot d'un objectif photo de Asoggetti
Packshot d'un objectif photo de Asoggetti

Le placement des lumières pour la photo d’objet

Pour une jolie photo d’objet, l’idéal est de réaliser un éclairage en 3 points :

  • La Key light qui sera la lumière principale, placé idéalement à 45° de l’objet
  • La Fill light ou lumière de remplissage : son rôle est d’atténuer les ombres provoquées par la la Key light
  • la Rim light ou lumière arrière qui détache l’objet du fond

N’oubliez pas ces 2 caractéristiques en éclairage photo :

  • Plus votre source lumineuse est grande par rapport à votre objet, plus la lumière est homogène sur celui-ci (on peut même parler de lumière enveloppante)
  • Plus votre source lumineuse est proche de votre objet, moins celui-ci comporte d’ombres marquées

Comme tout le monde n’a pas trois sources de lumière, il est courant d’utiliser un réflecteur pour remplacer la lumière de remplissage (ou Fill light pour ceux qui ont suivi 👍). 

Répartition idéale des lumières d'un cliché packshot
Répartition idéale des lumières d'un cliché packshot

La retouche d’image dans une photographie packshot

La retouche d’image dans un logiciel adapté est une étape presque obligatoire. Je dis presque, car la prise de vue en elle-même doit représenter au moins 90% de la réalisation totale. La photographie packshot en numérique permet de construire petit à petit son image finale.

Cependant il se peut que vous ayez besoin de gommer certains éléments. Imaginez que vous suspendiez un élément de l’objet, comme les anses d’un sac par exemple. Il faudra gommer toute trace de sa présence sur l’image finale.

Vous pouvez néanmoins obtenir d’excellents résultats en corrigeant simplement votre image de manière globale (exposition, contraste, balance des blancs…). Si le passage dans un logiciel type Photoshop n’est pas une étape obligatoire, je vous encourage néanmoins à apporter de subtiles retouches localisées, pour personnaliser votre packshot. Un peu comme votre signature en somme. 

Packshot de Mae Mu
Packshot de Mae Mu

Allez plus loin en packshot

Cet article s’est volontairement concentré sur la photo d’un produit sur fond uni. Quand vous serez plus à l’aise avec le placement de l’éclairage, aventurez-vous dans le monde de la composition avec 1, 2 voire 3 produits complémentaires. intégrez également un décor un peu plus naturel, tel qu’une table en bois. En bref, passez du packshot à la nature morte. Dernier conseil pour dynamiser vos clichés : apportez du mouvement !

Packshot dynamique de Mae Mu
Packshot dynamique de Mae Mu
Auteur

Photographe passionné spécialisé dans la macro et proxi photographie créative. Amoureux de la nature et aussi un peu geek sur le matériel photographique 🙂.

Écrire un commentaire

Retour en haut