Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Panasonic a présenté son nouveau Lumix S5, petit frère de la gamme Lumix S1. Capteur plein format de 24 MP stabilisé, vidéo 4K 60p, double lecteur SD… Plus compact que ses aînés, il conserve l’essentiel de leurs capacités, et profite toujours de la gamme optique en monture L.

Panasonic S5 : enfin un Lumix S compact !

Au lancement des Panasonic S1 et S1R, deux remarques s’imposaient. D’abord, Panasonic avait mis les petits plats dans les grands pour leur assurer une fiche technique irréprochable. Ensuite, c’était la confirmation définitive que « hybride » ne voulait pas forcément dire « compact » : 14,9 cm de large, 11 cm de haut, un kilo sur la balance… Bien des reflex plein format étaient plus petits et légers. Et ce n’est pas le modèle dédié à la vidéo 6K, le S1H, qui devait changer de voie : 15,1 × 11,4 cm et plus de 1150 g !

Panasonic S5 et Panasonic S1 côte à côte
Le Panasonic S5 et le Lumix S1 à la même échelle.

C’est donc la première chose qui frappe en découvrant le S5 : avec 13,3 × 9,7 cm et 714 g, il est plus conforme aux dimensions habituelles d’un hybride plein format. Il se rapproche d’un Sony α7 III (12,7 × 9,9 cm et 652 g), d’un Nikon Z6 (13,4 × 10 cm et 675 g) ou encore d’un Canon EOS R6 (13,8 × 9,8 cm et 680 g). Pour autant, la construction n’a pas été sacrifiée : le S5 conserve un châssis en magnésium protégé contre les éclaboussures et la poussière.

Protection tout-temps du Panasonic S5

L’ergonomie demeure elle aussi avancée. Deux molettes et une roue dorsale règlent les paramètres et un joystick déplace rapidement la zone de mise au point. Des sélecteurs permettent d’activer le mode rafale ou l’autofocus continu à la volée. L’écran, naturellement tactile, s’oriente verticalement et latéralement. Un utilisateur de S1 sera immédiatement à l’aise, seuls l’écran supérieur et une des deux touches en façade ayant été sacrifiés.

Capteur 24 MP stabilisé, vidéo 4K 60p

À l’intérieur, le Panasonic S5 décline une configuration proche de celle des S1 et S1H. Comme eux, son capteur compte 24,2 MP et offre une dynamique de 14 IL. Il peut également monter à 51 200 ISO en plage normale, et 204 800 ISO en plage étendue. Le stabilisateur 5 axes, efficace jusqu’à 5 IL, peut être combiné avec un objectif stabilisé pour dépasser 6 IL. Une photo nette à main levée avec une seconde de pose au 50 mm : cela peut servir de nuit ! Le mode haute résolution est également présent, permettant d’obtenir des clichés de 96 MP sur des sujets immobiles.

Dos du Panasonic S5, écran étendu
L’écran orientable et tactile est toujours apprécié en vidéo… comme en photo !

Naturellement, la vidéo 6K reste l’apanage du S1H (qui a adopté un ventilateur pour cela), mais le Panasonic S5 est une petite caméra plutôt complète. Il filme en 4K 60p en 4:2:0 sur 10 bits. En se contentant de 30 im/s, l’échantillonnage 4:2:2 devient possible, et le mode 8 bits permet de libérer la durée d’enregistrement. Les étalonneurs apprécieront les V-Log et V-gamut, permettant de profiter de toute la dynamique du capteur.

La prise de son est dans les bons standards, avec un micro stéréo intégré et un jack 3,5 mm acceptant les entrées ligne et micro. La mixette DMW-XLR1 est également compatible pour utiliser une paire de micros XLR. Enfin, une prise casque permet de contrôler l’enregistrement.

USB-C, Wi-Fi ac…

La connectique est d’ailleurs plutôt complète, sans sortir de l’ordinaire. La prise micro-HDMI gère le 4K 60p en 4:2:2 10 bits (il faut cependant descendre en 4:2:0 8 bits pour dupliquer le film sur la carte mémoire). Le port USB type C supporte les transferts à 5 Gbps et permet de recharger la batterie dans l’appareil. Sur le flanc droit, un jack 2,5 mm accueille une télécommande filaire.

Prises du Panasonic S1
À gauche, entrée micro, sortie casque, micro-HDMI, USB-C. À droite, télécommande, carte SD UHS-II, carte SD UHS-I.

Du côté des liaisons sans fil, le Bluetooth Low Energy 4.2 est de la partie, de même que le Wi-Fi. Celui-ci gère les réseaux 802.11ac dans la bande 5 GHz, aux débits plus élevés, en plus des classiques réseaux 802.11a/n en 2,4 GHz.

Il est ainsi possible de contrôler l’appareil à distance en USB depuis un ordinateur, ou bien entendu sans fil depuis l’application pour smartphone Panasonic Image App.

Les limites du Panasonic S5

Moins coûteux et plus compact que ses aînés, le Panasonic S5 a logiquement dû faire quelques compromis. Nous avons déjà évoqué la perte de l’écran de rappel des réglages, ajoutons la prise synchro-flash. Notons également la rafale limitée à 7 im/s en mise au point fixe et 5 im/s en autofocus continu, qui sature après 24 photos en RAW (au lieu de 9 et 6 im/s sur 90 images pour le S1).

Vue de dessus du Lumix S5
L’écran de rappel disparaît, le viseur est plus petit…

Ce sont là des limites toutes relatives, qui ne toucheront qu’une frange des utilisateurs. Il n’en va pas de même du viseur. Avec leur dalle OLED de 5,76 Mpt et leur grossissement de 0,78×, les S1 faisaient figure de référence. Le Panasonic S5 se contente de 2,36 Mpt et d’un grossissement de 0,74×. Ces valeurs restent correctes, mais la différence de précision de l’affichage est visible.

L’autre grande différence peut être un avantage, selon les points de vue. Contrairement aux Lumix S1 et S1R, le Panasonic S5 ne peut recevoir de cartes XQD ou CFexpress. En revanche, il possède deux ports SD : moins performant, mais plus pratique. Petit bémol, seul le premier supporte le bus UHS-II, le second étant limité à l’UHS-I (et donc à environ 100 Mo/s). Si la rafale en RAW fait partie de vos passions, il est important de le savoir.

Équilibre et performance

Dans l’ensemble, le Panasonic Lumix DC-S5 est donc un plein format complet et techniquement avancé. Sobre et sérieux, il garde l’ergonomie générale des S1, appréciée des experts et professionnels. Ses performances restent très proches de ses aînés, tout en réduisant spectaculairement l’encombrement de l’appareil.

Panasonic S5 et S 20-60 mm f/3,5-5,6
Les zooms de kit commençant sous les 24 mm sont rares. Panasonic a dégainé un 20 mm !

Le confort de visée légèrement réduit, la rafale marginalement moins rapide et le second port SD plus lent que le premier sont les principales limites à connaître. La monture L manque peut-être également de zooms abordables, qui seraient sans doute plus adaptés à ce modèle que les optiques haut de gamme actuelles. Mais Panasonic propose son S5 en kit avec un original 20-60 mm f/3,5-5,6 : ce zoom standard intégrant un véritable ultra-grand-angle peut le distinguer des concurrents !

Avatar de Franck Mée
Auteur

Traducteur, journaliste, pilote privé. Passionné de photo et de cinéma, docteur en binge-watching, mais surtout fasciné par tout ce qui vole, du martinet au Boeing 747. Considère qu'un 200 mm, c'est un grand-angle.

Écrire un commentaire

Retour en haut