Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

La photographie d’architecture est une pratique qui nécessite quelques notions techniques indispensables pour maîtriser correctement la perspective, pour mettre en valeur les courbes et les lignes des bâtiments et pour composer ses images de façon efficace. Nous allons aborder ces différents points pour vous orienter vers le matériel adapté, mais aussi pour vous aider à mieux redresser les verticales, à adapter vos réglages et enfin, pour vous apporter quelques astuces de composition.

Le matériel adapté à la photographie d’architecture

Les objectifs grand-angles

Photo d'architecture : objectif laowa.
Le Laowa 15mm f/2 Zero-D.

En photographie d’architecture, il est d’usage de choisir un objectif grand-angle, pratique pour photographier des plans très larges et pour enregistrer l’intégralité des bâtiments. Les focales courtes sont donc à privilégier, même s’il est tout à fait possible de faire de la photographie d’architecture avec un autre type d’objectif, que ce soit un zoom, une focale fixe ou un téléobjectif. Tout dépend de l’angle de champ que vous souhaitez obtenir et du rendu final désiré, puisque l’architecture ne se résume pas à un bâtiment dans son intégralité. Si vous optez pour un objectif grand-angle, prenez en compte l’effet de distorsion généré par ce type d’objectif dont nous allons parler plus bas. Certains objectifs dont ceux de la marque Laowa annoncent une distorsion proche de zéro pour des focales très courtes.

Le trépied, l’ultime accessoire

Photo d'architecture : trépied.
© Bohdan Malitskiy via Shutterstock.

Le trépied est l’ultime accessoire pour effectuer vos prises de vue de façon plus précise. En prenant le temps de faire votre cadrage et grâce à une bonne stabilisation, il permet d’avoir un meilleur repère des lignes et de la perspective. N’hésitez pas à utiliser la grille d’aide que vous pouvez afficher sur votre écran d’appareil photo ou dans votre viseur pour faciliter votre travail. En position sur trépied, vous avez également plus de marge de manoeuvre pour vos réglages d’exposition pour jouer aisément avec les longs temps de pose. Les trépieds sont nombreux sur le marché et il est possible d’en trouver un parfaitement adapté à votre pratique. Certains permettent de se positionner au ras du sol, s’adaptent à différentes hauteurs, d’autres sont à colonne basculante, etc.

Comment choisir son trépied photo ?
Comment choisir une rotule photo ou vidéo pour son trépied ?
Tous les trépieds sur Miss Numérique

Les objectifs à bascule et à décentrement

Photo d'architecture : objectif Nikon.
Le Nikkor PC 19 mm f/4E ED.

Si la photographie d’architecture est votre pratique principale et que vous souhaitez pousser plus loin, les objectifs à bascule et à décentrement seront vos meilleurs alliés. Leur avantage est considérable, puisqu’ils permettent de redresser les lignes directement à la prise de vue. Ils sont toutefois plus coûteux et plutôt destinés aux professionnels, mais c’est une alternative qui peut vous faire gagner un temps considérable.

Maîtrisez les perspectives, évitez les déformations

Perspective et convergence

Maintenant que vous êtes équipés, le premier point essentiel pour de belles photos d’architecture est de réussir à maîtriser les perspectives. Il est assez difficile d’obtenir visuellement de belles lignes, bien droites et verticales dès la prise de vue (à moins d’utiliser un objectif à bascule ou à décentrement). Les lignes vont avoir tendance à converger vers le haut ou vers le bas, selon le positionnement du photographe, et le rendu final n’aura rien à voir avec la réalité. Dans ce cas, le capteur de l’appareil photo n’est jamais parfaitement parallèle ni en face du bâtiment accentuant ce mauvais effet de perspective.

Photo d'architecture : perspective et convergence.
© Ander Jildren / Danny Saltaren via Unsplash.
À gauche, le bâtiment converge vers le haut, ce que nous souhaitons éviter, même si, ici, l’image est plutôt esthétique. À droite, le bâtiment est parfaitement droit. Les lignes ont été redressées grâce à un objectif dédié ou en postproduction, ou alors, le photographe était parfaitement positionné de face et parallèlement au bâtiment.

La distorsion

Un autre phénomène, lié directement aux courtes focales peut nuire à vos images : il s’agit de la distorsion. Ce défaut optique est une aberration géométrique qui se manifeste sur les lignes droites en les déformants de trois façons différentes, selon l’objectif : en barillet via des lignes bombées vers l’extérieur, en coussinet avec des lignes bombées en intérieur ou en moustache. En règle générale, plus la focale est courte, plus la distorsion risque d’être marquée. C’est une information à intégrer pour bien choisir son matériel ou pour anticiper ses prises de vues. Sachez toutefois que la plupart de ces aberrations sont corrigibles en postproduction.

Photo d'architecture : distorsions visuelles.
© Messala Ciulla / Dimitry Anikin via Unsplash.
Exemple de rendu de la distorsion en barillet (à gauche), sans distorsion (au milieu) et avec distorsion en coussinet (à droite).
Photo d'architecture : distorsions.
Distorsion en barillet, en coussinet, en moustache.

Redresser les droites en postproduction

Si vous n’êtes pas équipés pour corriger la perspective à la prise de vue, de nombreux logiciels de retouche permettent de corriger la distorsion et de redresser les droites aisément. Ces corrections peuvent impliquer un recadrage dans votre image. Pensez donc à photographier plus large pour pouvoir réajuster votre image sans perdre trop d’informations.

Photo d'architecture : postproduction.
L’outil de correction géométrie du logiciel Adobe Lightroom par exemple est très efficace et permet de corriger automatiquement ou manuellement la perspective et la distorsion.

Prioriser la netteté

En photographie d’architecture, comme en photographie de paysage, la netteté est souvent primordiale. Il est donc conseillé d’augmenter la profondeur de champ au maximum grâce à une petite ouverture de type f/8, f/16, voire plus. Vous obtiendrez ainsi le plus de détails possible.

Les bases de la photo : l’ouverture et le diaphragme

Composer son image

Jouer avec la géométrie

Comme pour toute pratique, la composition est à ne pas négliger pour optimiser ses images. En photographie d’architecture, il s’agit avant tout de jouer avec la géométrie, les matériaux des bâtiments, leurs courbes, leurs couleurs, la réflexion de la lumière, tout ce qui va modeler le sujet.

Photo d'architecture : géométrie.
© Ricca Novia via Shutterstock.
Ici les ombres dessinent naturellement une forme architecturale.

Se positionner en hauteur

De par notre petite taille, nous avons tendance à photographier en contre-plongée au sol, mais si vous le pouvez, prenez de la hauteur pour photographier les lignes d’un bâtiment d’un autre point de vue. Vous limiterez les déformations et l’angle sera tout à fait différent de ce que l’on a l’habitude de voir.

L’effet miroir

La réflexion d’un bâtiment dans l’eau est une composition classique, mais toujours efficace qui permet d’accentuer le côté symétrique et géométrique du bâtiment et de l’image elle-même.

Photo d'architecture : miroir.
© Farhan Khan / Mitya Ivanov via Unsplash.

Se concentrer sur les détails

La photographie d’architecture n’implique pas obligatoirement de prendre un bâtiment dans son intégralité. Vous pouvez vous concentrer sur un détail, sur une plus petite portion, sur un ensemble de courbes pour montrer autre chose.

Photo d'architecture : detail.
© Anders Jilden via Unsplash.

Dynamiser ses images

Ajouter du mouvement à ses images grâce à un temps de pose lent, à des passants ou à des filets de lumière, par exemple, permet de dynamiser sensiblement les images d’architecture.

Photo d'architecture : dynamisme.
© Nuamfolio via Shutterstock.
Ici, les filets de lumière des voitures générés par un temps de pose lent apportent du dynamisme à l’image.

Décentrer le sujet

Si l’on a tendance à centrer son sujet pour une image parfaitement géométrique, pensez parfois à faire l’inverse et à décentrer le bâtiment pour une image plus originale.

Photo d'architecture : decentrer.
© Hernan Lucio via Unsplash.

Donner une notion d’échelle

Enfin pour mieux se rendre compte de la hauteur d’un bâtiment, de son architecture grandiose ou de sa forme originale, il est important de donner une notion d’échelle en positionnant un sujet à taille humaine ou un autre élément visuel. De quoi dynamiser encore un peu plus vos images.

Photo d'architecture : echelle.
© Linus Mimietz / Vusal Ibadzade via Unsplash.

Pour conclure

Que vous soyez équipés d’un grand-angle ou d’un autre objectif, la photographie d’architecture est accessible à tous, même si elle nécessite de bien faire attention à la perspective et d’anticiper ses prises de vue pour mieux les corriger en postproduction. Vous pouvez toutefois pousser la pratique plus loin en vous équipant d’un trépied ou d’un objectif à décentrement pour des prises de vues au millimètre. Comme pour chaque pratique, la composition est essentielle et il s’agit avant tout ici de faire concorder les lignes et les courbes en jouant sur la forme et la géométrie des structures et des bâtiments. Enfin, n’hésitez pas à user des autres astuces citées pour dynamiser encore un peu plus vos images.

Avatar de Céline de MissNumerique
Auteur

Photographe et rédactrice spécialisée en photo, toujours en quête d'aventures et de découvertes. Couleur de cheveux : #a85820.

Écrire un commentaire

Retour en haut