Alors que l’hiver bat son plein et que le froid rythme nos journées, la sortie photo n’est pas toujours évidente. Pourtant, réaliser une session photo en hiver ou plus largement par temps froid peut être très intéressant et pertinent. Si la fraîcheur est un élément dissuasif pour vous, les lignes qui suivront ont pour objectif de vous convaincre de sortir affronter les éléments mais surtout de vous aider à vous protéger ainsi que votre matériel.

Attention : le froid n’est pas toujours là où on le croit

En plein hiver, le froid est une évidence et l’on se conditionne pour l’affronter au mieux : polaire, chaussettes chaudes, bonnet, gants… Votre barda est prêt. Cependant, il faut prendre un peu de recul avant d’aller plus loin afin de ne pas oublier que le froid ne concerne pas seulement l’hiver ou les contrées situées aux plus hautes latitudes.

Photographie du lac de Gaube dans les Pyrénées
Lors de ce beau lever de soleil estival, le mercure était proche des 0°C en altitude ce matin là. ©NOHCAB

En effet, tous les conseils prodigués par la suite concernent également les sorties en montagne mais aussi la nuit. Le froid apparaît comme une évidence en montagne l’hiver mais pas toujours en saison estivale. Ainsi, ce n’est pas parce qu’il fait chaud en vallée sous un soleil écrasant qu’il en sera de même en altitude. Lorsque vous montez de 100 mètres, la température baisse de 0,65°C en moyenne et jusqu’à 1°C ; aussi, un vent puissant ou un pan de montagne à l’ombre peuvent vous frigorifier sur place.

Le constat est le même lorsque le jour décline notamment en été. Après une journée chaude et ensoleillée, il n’est pas évident de prévoir des vêtements chauds lorsque l’on souhaite photographier les étoiles… Et pourtant ! La nuit, le mercure chute et le froid pointe le bout de son nez.

Moralité : ne laissez pas le froid vous surprendre et prenez toujours les devants sur lui en l’anticipant. Pour cela, il existe des outils remarquables.

La prévision météo est votre meilleure amie pour anticiper le froid

Les technologies modernes couplées à nos smartphones nous permettent de prévoir le froid en amont de nos sorties photo. Bien évidemment, la première source de référence demeure Météo France avec ses différents bulletins ainsi que ses animations (notamment les radars). Au-delà de la lecture des températures, il faut être attentif aux précipitations mais aussi – et surtout – au vent. En cela, les prévisionnistes ont créé un indicateur sensé intégrer ces variables : la température ressentie.

Bulletin Météo France
Les indicateurs fournis par Météo France sont le plus souvent suffisants pour prévoir le froid. ©Météo France

Bien que cette donnée soit assez subjective, elle doit attirer notre attention. Dans de nombreuses situations, il peut y avoir un écart important entre la température effective (à l’abri du vent) et la température ressentie par notre organisme. Pensez à un exemple simple : qui n’a jamais été surpris par une sortie photo en bord de mer lors d’une belle journée ensoleillée à cause d’un vent puissant qui nous congèle.

En bord de mer et dans les lieux venteux, prendre en compte la force du vent peut nous prémunir d’un froid certain ; en montagne, prendre en compte la température, le vent, l’altitude et l’exposition au soleil est essentiel pour anticiper le froid. Consultez la rubrique « météo montagne » sur Météo France ou les sites des stations pour obtenir des bulletins précis y compris en altitude.

Bulletin Météo Blue
La température ressentie peut être très différente notamment à cause du vent. ©Météo Blue

Au-delà de Météo France, il existe de très nombreuses applications qui nous permettent d’affiner nos prévisions et surtout de croiser les données (n’oublions jamais qu’une prévision n’est qu’une prévision et pas une exactitude). Par exemple, l’application Météo Blue est prisée par de nombreux photographes grâce à ses prévisions fiables y compris à l’étranger ; aussi, Météo Radar est un complément très intéressant pour voir venir les nuages et les précipitations lors de nos sorties les plus fraîches. Dernier petit conseil météo si vous partez à l’étranger : rendez-vous sur les sites institutionnels nationaux (les équivalents de Météo France) pour avoir les bulletins les plus précis.

Maintenant que le froid est anticipé, il convient de s’en prémunir pour réussir nos sorties photo.

Ne pas avoir froid lors de sa sortie photo

Il n’y a rien de pire pour un(e) photographe que de subir le froid lors d’une session. En priorité, il faut disposer de vêtements chauds pour protéger notre corps et notamment notre partie supérieure. La classique (mais efficace) technique de l’oignon est une solution intéressante pour garder la chaleur. En superposant plusieurs couches ayant des spécificités propres, il est possible de se protéger des éléments :

  • Une première couche fine au contact de la peau qui permet de réguler sa température (un tee shirt, une chemise ou un vêtement technique)
  • Une seconde couche chaude et plus épaisse dont la fonction est d’assurer la chaleur (une polaire ou un bon pull en laine)
  • Une troisième couche dont la mission principale est de nous protéger des éléments extérieurs (humidité et vent) et qui peut ajouter une couche de chaleur supplémentaire (la parka est un bon exemple).
Technique de l'oignon
En superposant les couches, nous pouvons conserver la chaleur tout en se protégeant des éléments. ©NOHCAB

Au-delà de la chaleur, il faut être attentif à la respirabilité de nos habits. Une sortie photo peut être marquée par de longues périodes statiques (bonjour les poses longues hivernales !) mais aussi par des moments d’efforts intenses où la transpiration peut être importante. L’enjeu n’est donc pas simplement d’avoir chaud mais de garder la chaleur lorsqu’on le souhaite et de l’évacuer lorsque cela est nécessaire : le vêtement idéal est celui qui respire.

Les équipementiers rivalisent d’ingéniosité pour créer des vêtements chauds et respirants même si certains tissus sont naturellement plus efficaces comme la laine mérinos. Si votre objectif est de faire des sorties photo dans un environnement froid avec des séquences intensives de marche pour rejoindre des lieux, privilégiez des vêtements chauds mais respirants.

Au-delà de la partie centrale de notre corps, les extrémités subissent tout autant les assauts du froid. Les chaussures se doivent de tenir chaud et si vous empruntez des terrains humides, l’imperméabilité est indispensable. Le bonnet (ou tout autre couvre-chef chaud) est le bienvenue tandis qu’une bonne écharpe ou un tour de cou peuvent limiter l’entrée du froid.

Gants pour photographes
Il est toujours difficile de garder une bonne maniabilité tout en ayant chaud. ©NOHCAB

Cependant, le plus gros point de faiblesse reste les mains. Il est difficile de maintenir un équilibre efficace entre chaleur et maniabilité de notre équipement avec la plupart des gants grand public. C’est en cela que certaines marques telles que Pgytech se sont spécialisées dans la fabrication de gants spécialement pour un usage photo.

Enfin, ajouter des chaufferettes peut être très utile. Que ce soit au niveau des mains, des pieds ou même du dos, elles peuvent assurer jusqu’à plus de douze heures de chaleur pour les plus frileux. Ces accessoires sont à réellement prendre en compte si vous envisagez d’affronter des milieux froids durant de longues sessions.

Notre appareil photo face au froid

Le froid (tout comme le chaud d’ailleurs) n’est pas le meilleur ami de notre matériel. Chaque appareil photo possède une certaine capacité de résistance au froid et aux éléments, donnée que les constructeurs communiquent plus ou moins selon les modèles. Cela se rattache souvent à ce que l’on nomme la tropicalisation.

Description de la tropicalisation du Fujifilm XT4.

Fujifilm insiste sur son site sur la résistance aux intempéries du X-T4. ©Fujifilm

Les données sont souvent assez rares sur de nombreux matériels grand public car les constructeurs ne s’aventurent pas à garantir la résistance aux intempéries de ces matériels (boîtiers comme objectifs). Inversement, les références haut de gamme mettent en avant la résistance aux conditions difficiles puisqu’il s’agit d’un véritable argument qualitatif. Mais alors, jusqu’où peut aller un appareil photo ?

La réponse à cette question ne peut être simple et elle dépendra de beaucoup de facteurs. Pour ma part, j’ai pu utiliser conjointement un Fujifilm X-S10 ainsi qu’un Sony A7IV par -15°C durant de longues journées en extérieur. Là où Sony met en avant une certaine construction, Fujifilm ne donne aucun élément autour de ce boîtier (le X-S10). La conclusion est pourtant la suivante : les deux boîtiers ont parfaitement tenu face au froid et il n’y a eu aucun gel des parties physiques (boutons, obturateur, etc) ou de bugs sur la partie électronique. Si vous passez la nuit au fin fond de la Laponie pour capturer des aurores boréales, attention à ne pas littéralement geler votre appareil photo (ce qui arrive vite !).

Fujifilm X-S10 neige
Rassurez-vous, ce Fujifilm X-S10 va parfaitement bien ! ©NOHCAB

Ainsi, la résistance au froid de votre matériel dépendra de l’environnement dans lequel vous photographiez (température, vent, humidité) mais aussi de votre matériel lui-même. Prenez garde à la neige qui peut être insidieuse et qui demeure de l’eau. En montagne ou dans des latitudes plus polaires, la neige peut être un véritable problème.

Prenez garde aux batteries

Parmi les points les plus sensibles au froid, la batterie est sans doute le plus gros point de faiblesse de votre appareil photo. Très sensible aux variations thermiques, les batteries peuvent voir leur autonomie chuter en cas de températures très basses. Si vous prévoyez une sortie par temps froid, n’hésitez pas à emporter plusieurs accus pour ne pas manquer de jus en cours de session. Cela est particulièrement le cas si vous faîtes voler un drone. J’ai pu moi-même constater à quel point mes batteries de drone fondaient bien plus vite par temps froid ; ajoutez à cela du vent et votre autonomie peut être divisée par deux ou plus.

Il existe néanmoins une astuce basique (mais très efficace) pour limiter l’impact du froid sur nos batteries : les conserver au plus prêt de notre corps. En effet, les stocker lors de longues sorties dans une poche à l’intérieur de nos vêtements permet de garder une température plus élevée et d’éviter que la batterie ne perde en autonomie avant même qu’elle ne soit insérée dans notre appareil. Cependant, le froid ne concerne pas seulement notre appareil photo mais plus largement tout notre matériel photo.

Des accessoires photo adaptés au froid

Au-delà de l’appareil photo, il existe divers accessoires qui sont plus ou moins adaptés aux sorties froides. Tout d’abord, le sac photo est la première protection face aux éléments. Plus que le froid lui-même, le sac photo doit sérieusement protéger votre matériel notamment lorsqu’il neige. Si vous comptez effectuer des sorties dans des environnements froids, ne sous-estimez pas le pouvoir de nuisance de la neige sur votre sac. En cas de longues et intenses chutes de neige, n’hésitez surtout pas à ajouter une housse imperméable par-dessus votre sac pour le protéger et éviter que l’humidité ne s’infiltre.

En cas de neige, ne négligez pas votre sac photo. ©NOHCAB

Aussi, le froid peut avoir une incidence directe sur notre trépied. Par exemple, il m’est déjà arrivé d’avoir une rotule qui gèle littéralement sur place à cause du froid et de l’humidité. Également, un trépied en aluminium sera plus sensible au froid qu’un trépied en carbone qui absorbera mieux la chute du mercure et limitera la diffusion des vibrations.

Enfin, il existe toute une myriade d’accessoires utiles pour protéger le matériel et vous permettre de réussir vos clichés. Par exemple, de nombreux constructeurs conçoivent des protections variées pour les appareils (voir nos références de Housses anti-pluie et protections étanches) ou même pour les batteries ou cartes mémoire (voir notre sélection d’Etuis pour cartes mémoire). Pour éviter que la neige ne perturbe vos clichés, l’utilisation d’une poire ou d’un chiffon s’avère nécessaire pour nettoyer la lentille de votre objectif.

Photo etui carte memoire
Ces étuis protègent vos cartes mais aussi pour certains vos batteries. ©Miss Numérique

Faîtes du froid un atout pour vos photographies

Alors qu’il apparaît plus comme un obstacle, le froid peut réellement être un atout et apporter quelque chose à vos clichés. En effet, une froide matinée peut apporter des ambiances somptueuses et uniques : flore givrée, bulles gelées, brouillard matinal, lumière unique… Un matin d’hiver possède son propre charme.

Photo panoramique Riga
Malgré un thermomètre de -13°C ce matin-là, ce lever de soleil sur Riga valait le détour. ©NOHCAB

Affronter la neige peut aussi être un atout. Une neige immaculée offrira un paysage incroyable et souvent de beaux contrastes. Petit conseil technique avec la neige : attention à la surexposition notamment lorsque le soleil pointe son nez.

Fjord îles Lofoten Norvège
Un fjord, de la neige, une barque et un lever de soleil… What else ? ©NOHCAB

Enfin, le froid vous offre un luxe auquel on ne pense souvent pas : il repousse les autres. Lors de journées froides ou dans des environnements difficiles, il dissuade bon nombre de personnes. Il y a bien moins de courageux pour affronter le froid que pour profiter d’une belle journée chaude et ensoleillée. Couvrez-vous et vous aurez peut-être le luxe d’être seul.

Photo phoque plage
L’avantage d’un petit matin par 0°C ? Être seul pour admirer un jeune veau marin sur la plage. ©NOHCAB

Avatar de NOHCAB
Auteur

Photographe de nature et télépilote amoureux des merveilles de la nature. Malheureusement atteint par le G.A.S (Gear Acquisition Syndrome).

3 Commentaires

  1. Avatar de NOHCAB
    Maxime Deschamps Répondre

    Très bon article ! Dans la série des accessoires, on peut aussi mentionner l’utilité d’un chauffe-objectif permettant d’éviter la condensation notamment la nuit par temps humide. Les objectifs n’aiment pas souvent quand une pellicule d’eau s’infiltre…!
    Superbe ce veau marin à la fin, quel dommage d’apprendre que tu étais seul sur cette plage, quelqu’un aurait pu donner un petit nom à cet animal ! ?

  2. Avatar de NOHCAB

    Excellent Cher Mathieu ! Cet article me redonne le courage de partir battre la campagne dès potron-minet, par ces frais levers du jour hivernaux. Et de compléter de manière ad’ hoc mes équipements. Encore merci.

Écrire un commentaire

Retour en haut