Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Les bases : Mode autofocus vs Zone autofocus

Opération AF canon

Sélection du mode AF Canon

Molette de mode AF - Sony a9

Molette de mode AF – Sony Alpha 9

Je vais m’attarder principalement sur les appellations des reflex et hybrides Nikon/Canon/Sony, réels leaders en matière d’AF.

Deux réglages interviennent dans la mise au point (MAP) automatique : le mode et la zone. Le mode fait la distinction entre sujets fixes et sujets en mouvement. Pour un sujet statique, il faut une MAP ponctuelle. Pour un sujet en mouvement, il faut une MAP continue.

La zone AF concerne l’étendue des points qui ciblent le sujet. Elle peut être automatique, c’est-à-dire que l’appareil cherche et devine (souvent mal) le sujet. Ou elle peut être sélective : vous faites bouger le point pour cibler le sujet, comme une cible dans un collimateur. Elle peut aussi être sélective et évolutive, sujet que nous aborderons plus tard.

AF-S vs AF-C / One Shot vs Ai Servo

Il est préférable de photographier un sujet qui ne bouge pas avec un AF dit ponctuel  (AF-S/One Shot). Ce mode bloque la mise au point sur le même plan lorsque votre doigt est à moitié enfoncé sur le déclencheur. Cela vous permet de recadrer après avoir fait votre MAP, chose parfois indispensable sur un reflex où la zone AF est centrée dans le viseur. Au contraire, les hybrides ont des zones AF étendues sur presque toute l’image. Cette différence est possible car l’outil qui fait la MAP sur le reflex est situé sous le capteur, alors que sur un hybride, la MAP s’effectue à même le capteur.

autofocus, collimateurs, point AF, reflex

Zone AF sur un réflex

autofocus, collimateurs, hybride, point AF, zone

Zone AF sur un hybride

Un sujet en mouvement nécessite une MAP qui le suit. C’est là que l’autofocus continu (AF-C / Ai Servo) est magique ! Par contre, il est important de ne pas utiliser ce type de MAP sur un sujet statique, car tout recadrage refera la MAP sur l’élément derrière le point AF. Cela risque de concerner l’arrière-plan au lieu du sujet, par exemple.

Bouton AF On sur réflex Canon

Par Ansgar Koreng / CC BY-SA 4.0

Certains photographes aiment rester en AF-C / Ai Servo pour ensuite utiliser le bouton AF-ON pour verrouiller la MAP comme s’ils étaient en mode ponctuel. Le bouton AF-ON découple  le déclenchement de l’obturateur de l’autofocus. Cette fonction améliore l’ergonomie du boîtier pour certains, alors que pour d’autres elle leur permet de rester toujours en MAP continue sans jamais revenir en AF-S / One Shot.

Le choix du collimateur (zone AF) optimisera ensuite la manière dont l’appareil fait la mise au point.

Zone AF : Point sélectif (Nikon) / Sélection manuelle (Canon)

C’est le plus simple. Vous bougez le point avec le joystick ou autre commande sur le boîtier et vous visez le sujet. Sur un autofocus continu, tant que vous fixez le sujet avec le point AF, il sera net. Normalement, c’est le mode de zone AF le plus efficace.

Quand l’utiliser ? Quand la composition est figée, c’est-à-dire que vous voulez maintenir le sujet au même endroit dans la cadre.

Mode de zone AF sur un réflex Nikon
Yanique Francis marche sous les arcades des jardins du Palais Royal

Par exemple : Une personne qui marche vers vous, au centre d’une allée.

Ou encore lorsque l’on veut faire un flou de filé.

La contrainte de ce mode est de ne pas pouvoir rapidement changer sa composition. Lorsque je photographie un sprint face aux athlètes, je centre normalement l’athlète principal. Si cet athlète dérive un peu vers la gauche ou la droite vers son concurrent, l’harmonie entre lui/elle et les autres sprinteurs peut changer. S’il devient alors préférable de changer sa composition, il faudra aussi bouger le point AF en conséquence. Sur une action rapide, vous n’aurez pas le temps de faire les deux. C’est là qu’un autre mode intervient.

Suivi 3D, Verrouillage AF, etc…

Ces modes sont un genre de « tracking » du sujet par l’appareil. Il bouge lui-même le collimateur dans le cadre sans que nous ayons à le faire. J’ai bien tardé à adopter ce mode, dubitatif de son efficacité.

Verrouillage AF pour suivre un sujet en mouvement sur un Sony a9

Quand je l’essayais, il sautait d’un sujet à l’autre, passait du sujet à l’arrière-plan… Mais j’ai eu tort. Depuis quelques temps, grâce à des améliorations logicielles, ce mode est devenu une vraie révélation. Ce que j’apprécie est la possibilité d’adapter sa composition sans perdre le point, chose indispensable dans le feu de l’action. C’est le point AF qui bouge, pour permettre au photographe de garder l’œil sur le cadrage et la composition.

Chez Nikon, c’est le suivi 3D du mode de zone AF (sur les hybrides Z Nikon, c’est une fonction à activer lorsque la zone automatique est choisie).

Chez Sony, c’est le verrouillage AF avec spot flexible de taille variable (S,M ou L)

Chez Canon, c’est une fonction dans les paramètres « AF Ai Servo » à adapter selon le type d’action à suivre.

Quand l’utiliser ? Lorsque le sujet se distingue bien de son environnement, notamment lorsqu’il est seul.

Sur un sport collectif, par exemple, j’évite de l’utiliser. Tout le monde porte le même maillot, l’APN ne distinguera pas un sujet de l’autre. Idem sur un spectacle où les danseurs portent le même costume.

Il y a toutefois certains éléments perturbateurs du mode de zone AF dynamique : les lumières fortes (notamment des fenêtres en arrière plan), des panneaux LED, comme ceux des écrans publicitaires qui sont de plus en plus présents en compétition de sport.

Zone de mise au point automatique

C’est l’automatique des automatiques. On cadre comme on veut et on fait confiance à l’appareil photo pour faire la MAP. Je déconseille généralement ce mode, sauf dans certains situations précises.

Zone AF Large sur un Sony a9

Si le sujet est bien isolé mais a tendance à bouger de manière erratique, ce mode est efficace. S’il y a plusieurs sujets mais qu’ils ont tendance à rester sur le même plan tout en bougeant dans le cadre, il peut aussi bien fonctionner. C’est peut-être le mode de zone AF que j’aurais utilisé pour un match de boxe, mais uniquement lorsque l’action se présente de profil. Dès que l’action change d’axe, la MAP risque de repérer le boxeur le plus proche, et donc celui de dos. C’est pour cela que je préfère le suivi 3D/Verrouillage AF qui cible mieux le sujet.

Sur les Sony, on peut définir la largeur de la zone AF entre les options « Large », « Zone » et « Centre ».

Le luxe du Eye AF !

bouton molette centrale eye AF

Loin d’être un gimmick, c’est un excellent moyen de suivre un portrait en mouvement, ou bien la solution aux problèmes de MAP ratée pour des portraits serrés, pris à très grandes ouvertures (f/1,4 à f/2). Sony a le monopole de cette fonction sur sa série de boîtiers Alpha. Nikon l’aura apparemment dans une prochaine version de firmware sur ses Z6 et Z7. Pour l’avoir utilisée intensivement sur un Alpha 7 et un Alpha 9, je peux dire qu’elle fonctionne très bien une fois que le point AF trouve les yeux (ce qui n’est pas toujours instantané).

Cette fonction me sert autant en danse qu’en sport. Son utilité est primordiale lorsque la MAP pourrait repérer un obstacle émanant du sujet même, comme sa main, ses lunettes, ou même son propre nez !

Encore une fois, il faut que le sujet soit seul, sinon la MAP a tendance à sauter d’un visage à un autre.

Je me sers de cette fonction comme joker à mon AF-C en le désactivant d’office dans les menus pour le débrayer uniquement avec un bouton sur mon Alpha 9. Sony l’assigne par défaut au bouton dans la molette de sélection arrière, mais vous pouvez le paramétrer ailleurs.

Mike Maignan du LOSC, Sony 400mm f/2.8

Mike Maignan du LOSC, pris au Sony 400 mm à f/2.8

1 point, 9 points, 21 points, 51 points, zone groupée… c’est quoi tout ça ?!

Nikon complique bien nos choix avec ces options supplémentaires… Et quelle différence avec un suivi dynamique ou 3D, ou même la zone groupée ?

Spot flexible élargi sur un sony alpha

En fait, lorsqu’on choisit un point AF sélectif, la MAP se fait uniquement sur ce point. Par contre, lorsqu’on choisit d’étendre la sélection à 9 ou 21 points, l’AF étend sa zone aux 8 ou 20 points autour du collimateur choisi pour mieux cibler le sujet suite à un mouvement, sans complètement étendre la zone AF comme en mode 3D.

Sur un Sony, ça correspond au Spot flexible élargi.

La Zone groupée des Nikon diffère un peu des 9 ou 21 points. Elle active 5 collimateurs simultanément (4 + celui du centre) pour repérer le sujet le plus proche de l’APN. Il faut toutefois garder le sujet derrière cette croix de collimateurs. Elle ne peut se déplacer toute seule.

C’est  un mode efficace pour distinguer un sujet de son arrière plan car le collimateur préfère toujours l’élément le plus proche de l’APN (un oiseau en vol, un cycliste en tête de peloton…). C’est la différence clef avec les modes sur 9, 21 ou 51 points.

Saviez-vous que les Nikon qui disposent de la fonction zone groupée ont aussi leur propre Eye AF ? Uniquement en AF-S, lorsque la zone groupée vise un visage, elle cible avant tout les yeux. Le bémol est que cette fonction est uniquement possible en MAP ponctuelle. Donc il ne peut y avoir un suivi du portrait en mouvement.

Et le grand gagnant est ?

Dur dur de distinguer les Nikon des Sony ! Je trouve les Nikon plus constants dans leurs réglages. Par contre, la MAP des Sony est devenue très malléable grâce à cette activation de l’Eye AF au dessus de presque n’importe quel paramètre choisi, et grâce à sa zone AF si large (merci l’hybride !). En comparaison, je trouve Canon en retard car son suivi 3D doit se régler dans un menu dédié aux Paramètres AF Ai Servo, rendant ce réglage moins accessible et indistinct du mode Ai Servo en soi.

 

Auteur

Spécialiste en photo de sport et de danse, je suis passionné par le mouvement. Fasciné par la figure de l'athlète, je travaille notamment en handisport lorsque je ne suis pas autour des danseurs de l'Opéra national de Paris !

Écrire un commentaire

Retour en haut