Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Le format de carte SD (Secure Digital) domine encore largement le marché des supports de stockage dans le domaine de la photographie et de la vidéo. À la fois économique et véloce, ce format propose actuellement des vitesses d’enregistrement allant jusqu’à 300 Mo/s, il est donc capable de couvrir la plupart des besoins.

Mais la démocratisation du format RAW pour la vidéo 4K ou les formats de plus en plus imposants – comme les définitions 6K et 8K – nécessitent des débits de plus en plus élevés. Et dans le domaine professionnel, deux formats se partageaient le marché : d’une part le format CFast, poussé notamment par Canon et utilisé, par exemple, par BlackMagic pour sa Pocket Cinema Camera 4K et 6K, et d’autre part le format XQD, porté par Nikon et Sony et équipant entre autres la gamme FS, ainsi que la nouvelle caméra FX9 récemment annoncée.
Mais la guerre entre ces deux formats touche à sa fin, puisqu’en février dernier, la CompactFlash Association a annoncé les spécifications de la version 2 du CFexpress.

Lire aussi : Quelle configuration pour monter en RAW natif ?
Lire aussi : Les définitions d’affichage : le point sur les différents formats
Lire aussi : Les fichiers RAW en vidéo : les différentes options et types de RAW

CFexpress : trois formats !

Les cartes CFexpress sont toutes basées sur le standard PCIe/NVMe. Elles conservent donc la même interface physique et électrique et mettent en œuvre le même protocole d’échange de données.
Ces cartes sont proposées en trois « types » se traduisant par des tailles physiques différentes afin d’offrir la possibilité d’utiliser plusieurs lignes de communication pour accélérer les débits et de se loger dans différents emplacements de stockage.

  • Le Type A (20 x 28 x 2,8 mm), qui pourrait concurrencer la SD, peut atteindre des débits allant jusqu’à 1 Go/s ;
  • Le Type B (38,5 x 29,8 x 3,8 mm), du même format que le XQD, propose quant à lui des débits de 2 Go/s ;
  • Enfin, le Type C (54 x 74 x 4,8 mm), qui de par sa taille devrait pouvoir offrir des capacités de plusieurs téraoctets, propose des débits allant jusqu’à 4 Go/s.

Il est à noter qu’actuellement seules des sociétés comme RED ou ARRi proposaient des débits comparables (3 Go/s) pour les caméras cinéma avec des SSD NVMe.

CFExpress : une intégration qui s’accélère

Cartes CFexpress Lexar.
Gamme CFexpress de Lexar.

Sony qui reste actuellement le seul à proposer des cartes au format XQD après le retrait de Lexar sur ce marché, la plupart des fabricants se sont positionnés sur la fabrication de carte CFexpress type B : SanDisk, Lexar, ProGrade, Sony, Apacer, Delkin, Wise, Delock, Biwin, Adata, Western Digital, Egodisk, etc.

Comme le type B présente les mêmes caractéristiques que le format XQD, les fabricants peuvent mettre à jour leur appareil photo ou vidéo afin de le rendre compatible avec ce nouveau format.

Du côté de Panasonic, les hybrides Full Frame Lumix S1 et Lumix S1R seront compatibles avec le format CFexpress grâce à une mise à jour disponible à partir du 19 novembre 2019.

Nikon, quant à lui, a annoncé le développement d’un nouveau firmware pour ses appareils photo hybrides plein format, les Nikon Z6 et Nikon Z7. La compatibilité avec les cartes mémoire CFexpress sera étendue dans un deuxième temps pour les reflex numériques Nikon D850 et Nikon D500.

Canon, de son côté, propose ce format avec le nouvel EOS C500 Mark II grâce à la présence de deux logements.

Et si pour l’heure Sony a présenté sa nouvelle gamme de cartes CFexpress, aucun produit de la marque ne l’utilise actuellement. Une mise à jour pourrait être proposée pour la nouvelle FX9 et qui sait, peut-être qu’au vu des spéculations sur le futur A7S III, Sony intégrera ce format sur son futur boîtier afin de pouvoir répondre à un hypothétique enregistrement 4K à 120 i/s, et/ou un, peu probable, enregistrement 8K ? Affaire à suivre, lorsque se dissiperont un peu les brumes entourant ce boîtier plus qu’attendu…

Les cartes SanDisk Extreme Pro

C’est donc dans ce contexte que SanDisk présente ses nouvelles cartes CFexpress type B dans sa gamme Extreme Pro.

Axées sur l’enregistrement au format 4K RAW, ces cartes délivrent des vitesses allant jusqu’à 1,7 Go/s en lecture et 1,4 Go/s en écriture. Elles sont déclinées en quatre capacités : 64, 128, 256 et enfin 512 Go. À noter, la version 64 Go présente des vitesses réduites par rapport au reste de la gamme : 1,5 Go/s en lecture et 800 Mo/s en écriture.

SanDisk Extreme Pro CFexpress 64 Go.
Carte SanDisk Extreme Pro CFexpress 64 Go.

Parallèlement à la sortie de ces cartes, SanDisk annonce un nouveau lecteur de cartes CFexpress type B avec une connexion USB 3.1. Livré avec un câble USB-C de 50 cm et pouvant aller jusqu’à 1250 Mo/s, ce lecteur devrait permettre de transférer plus rapidement des rushs 4K Raw sur une station de montage.

SanDisk USB.
Lecteur SanDisk USB pour carte CFexpress.

Prix et disponibilité

Les cartes SanDisk Extreme Pro CFexpress sont déjà disponibles et proposées aux tarifs de 199 euros pour la 64 Go, 319,90 euros pour la 128 Go, 499 euros pour la 256 Go et 749,90 euros pour la 512 Go. Le lecteur SanDisk USB pour carte CFexpress sera bientôt disponible.

La SanDisk Extreme Pro CFExpress 64 Go sur Miss Numérique
La SanDisk Extreme Pro CFExpress 128 Go sur Miss Numérique
La SanDisk Extreme Pro CFExpress 256 Go sur Miss Numérique
La SanDisk Extreme Pro CFExpress 512 Go sur Miss Numérique

Avatar de Lucien de MissNumerique
Auteur

Photographe, auteur et formateur. Il est un grand spécialiste de l'industrie de l'image. La photo et la vidéo n'ont pas de secret pour lui.

Écrire un commentaire

Retour en haut