Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content

Sony présente son nouvel objectif, le FE 24-70mm F2.8 GM II. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un zoom transtandard lumineux de la série G Master, le haut de gamme optique de la marque. Le nouveau modèle s’annonce plus performant que son aîné, en particulier pour la vidéo. Il est, surtout, plus compact et léger, malgré une ergonomie plus avancée.

L’héritier allégé du premier zoom G Master

Le Sony FE 24-70mm F2.8 GM, premier du nom, est un grand classique. C’est en effet le tout premier objectif annoncé dans la gamme G Master, début 2016. Il était alors accompagné du 70-200 mm remplacé à l’automne dernier. C’est donc l’ensemble du duo classique à f/2.8 que Sony a renouvelé en six mois.

Sony FE 24-70mm F2.8 GM II face à la première version

Comme pour celui-ci, le poids est sans doute la nouveauté la plus spectaculaire. Avec 886 g, l’ancien modèle était en milieu de peloton des 24-70 mm f/2,8. Légèrement plus lourd que le Nikon (805 g) et le Sigma (835 g), il était plus léger que le Canon (900 g), le Panasonic (935 g) et le Samyang (1027 g).

Le FE 24-70mm F2.8 GM II pointe pour sa part à seulement 695 grammes.

Objectif FE 24-70mm GM II et caméra FX3 sur un gimbal
Les vidéastes travaillant au stabilisateur « gimbal » apprécieront particulièrement l’allègement.

De plus, son centre de gravité se situe plus en arrière, ce qui réduit les efforts sur les poignets. Pour ce type d’objectif, amené à passer le plus clair de son temps accroché à un Alpha 7 ou 9 suspendu en bandoulière, nul doute que ces presque 200 grammes se sentiront ! C’est encore plus remarquable pour l’ensemble de la besace : un photographe équipé de zooms f/2,8 a ainsi gagné 600 g en six mois.

Un objectif haut de gamme de qualité

Pour autant, Sony n’a pas fait de concession sur la qualité optique : le nouveau transtandard profite d’une formule encore plus pointue que le précédent modèle. Il compte pas moins de 20 éléments dont trois asphériques, deux asphériques extrêmes et quatre en verre ED ou Super ED. Sony a ainsi amélioré la gestion des aberrations chromatiques et de la coma, rares faiblesses du précédent modèle. Le diaphragme passe de neuf à onze lamelles afin d’assurer un bokeh encore plus homogène à toutes les focales et à toutes les ouvertures.

Comparaison des formules optiques
Le FE 24-70mm GM II dérive du premier modèle, mais sa formule est plus complexe. La séparation de la mise au point en deux groupes corrige diverses aberrations et réduit la distance minimale.

Comme sur la plupart de ses hauts de gamme récents, Sony n’a pas confié la mise au point à un moteur SSM. En effet, si la rapidité de ceux-ci fait merveille en photo, ils manquent de progressivité en vidéo. Ce sont donc des moteurs linéaires XD qui sont à la manœuvre. Le 24-70mm GM II en utilise pas moins de quatre : la mise au point est séparée en deux groupes optiques, chacun piloté par deux moteurs. L’autofocus allie ainsi souplesse, réactivité et silence, aussi bien pour filmer que pour photographier.

 

objectif FE 24-27mm F2.8GM II et Sony A7R IV
Le FE 24-70mm GM II est appelé à former un excellent couple avec l’α7R IV.

Au passage, la mise au point minimale descend à 30 cm à la plus longue focale et 21 cm au grand-angle. Le rapport de reproduction atteint ainsi 0,32x : l’objectif capture plein cadre un objet de 11 cm. Sony rejoint donc Sigma dans la course au meilleur transtandard pour la proxyphotographie.

L’ergonomie avancée d’un objectif GM

S’il y a un domaine où la gamme G Master a progressé depuis son lancement, c’est bien l’ergonomie. Les premiers étaient des objectifs de photographes : zoom, mise au point, verrouillage de l’AF, et c’est à peu près tout. Les derniers-nés disposent de commandes supplémentaires, simplifiant notamment la vidéo.

Ainsi, une bague de diaphragme s’est invitée à la base du fût. Celle-ci s’accompagne d’un basculeur qui active ou désactive les « clics » de sélection. Il est donc possible de modifier l’ouverture silencieusement afin de jouer sur la profondeur de champ au milieu d’un plan. Les photographes préféreront sans doute la version crantée, qui permet de compter les IL sans lever l’œil du viseur. Dans tous les cas, ceux qui ne souhaitent pas utiliser cette bague, ou qui craignent de la faire tourner involontairement, peuvent verrouiller l’ouverture.

FE 24-70mm GM II et FX3
Nombre d’améliorations du GM II séduiront les vidéastes.

Autre nouveauté : un basculeur permet de rendre la bague de zoom plus ou moins fluide. Ici encore, photographes et vidéastes feront généralement des choix opposés. Les premiers préfèrent souvent une bague un peu ferme, qui évite les changements de focale involontaires. Les seconds favorisent une commande très souple qui permet de zoomer sans faire bouger l’appareil. C’est aussi, évidemment, affaire de goût personnel…

Enfin, la bague de mise au point, toujours électronique, propose une réponse linéaire. Celle-ci permet de retrouver une distance de mise au point précise à un angle donné. C’est donc une fonction typiquement destinée au tournage vidéo avancé, où les personnages prennent place sur des repères précis. Notez en passant que le focus breathing, un changement de focale lors de la mise au point, est minimisé, assurant un cadrage plus constant.

Le prix s’oublie, la qualité reste

Avec le 24-70 mm GM II, Sony présente donc une référence parmi les transtandards lumineux. Qualité optique, performance mécanique et construction avancée le placent sans conteste dans les objectifs haut de gamme.

Sport à contre-jour
Autofocus rapide, luminosité élevée et contrôle des aberrations font merveille pour les activités au soleil couchant.

Tout cela a naturellement un coût : le Sony FE 24-70mm F2.8 GM II sera lancé en mai pour 2400 €. Ce tarif est en fait assez raisonnable : ce n’est que 100 € de plus que la précédente version, malgré de solides avancées ergonomiques et techniques.

Avatar de Franck Mée
Auteur

Traducteur, journaliste, pilote privé. Passionné de photo et de cinéma, docteur en binge-watching, mais surtout fasciné par tout ce qui vole, du martinet au Boeing 747. Considère qu'un 200 mm, c'est un grand-angle.

Écrire un commentaire

Retour en haut