Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Plus de trente ans que Vincent Munier trimballe son matériel photo à travers le froid glacial, crapahutant d’un pôle à l’autre pour rencontrer les animaux dans leur milieu naturel. Portrait d’une référence de la photographie naturaliste. 

Il est de ces hommes qui font rêver. Dont la vie paraît extraordinaire. Trois fois lauréat du prix BBC Wildlife. Récemment choisi par RSF pour représenter la liberté de la presse. Photographe, mais aussi aventurier, artiste, témoin, lanceur d’alerte. Parce qu’il sait capter l’instant sans jamais le capturer. Parce qu’au delà du professionnel au talent indéniable, il y a l’homme, engagé, touchant d’humilité et profondément attaché à la Terre. Notre Terre. Un monde qu’il voit transformé, fragilisé, meurtri lors de ses périples aux confins de la planète. « J’aime aller dans des endroits où l’homme n’est presque pas présent pour montrer que, finalement, sa présence n’est pas indispensable. »

Loup arctique sur Ellesmere Island (Canada), 2013

L’APPEL DU GRAND NORD

L’intérêt pour la photo, Vincent Munier le doit à son père, Michel Munier, lui aussi photographe naturaliste master ès Vosges s’il en est. C’est lui, d’ailleurs, qui lui offrit son premier boitier Nikon à son entrée au collège – sans se douter que des années plus tard, le fiston deviendrait ambassadeur européen de la marque. « Je me souviendrai toujours de la toute première photo que j’ai prise. Elle a changé ma vie. Lors d’une promenade en forêt près de chez moi, j’ai aperçu un faon. J’ai ressenti un sentiment d’exaltation immense à pouvoir photographier un animal aussi beau dans son environnement naturel, et cette émotion ne m’a plus quitté. »

Et c’est justement cette sensibilité et ce profond respect pour le monde silencieux qui l’entoure, qui font (aussi) la force de ses clichés. « Je ne viens pas en fanfaron, je ne viens pas en suicidaire, pas même en donneur de leçons (…) Non, je viens en admirateur, en contemplatif » confie-t-il dans le carnet de bord accompagnant Articque, l’un de ses livres publiés chez Kobalann, sa maison d’édition.

LES ANIMAUX FANTASTIQUES

Car là-bas, dans le Grand Nord, sur le toit du monde, sur une mer gelée ou au coeur de la banquise, Vincent Munier est seul dans les déserts blancs. Tirant son traîneau sur des centaines de kilomètres, ou patientant de longues heures sans bouger, allongé dans la neige par -40°, pour, enfin, avoir la chance de rencontrer les habitants d’un monde dans lequel il se sent « seulement invité ».

Renard polaire sur une dune de neige sur Ellesmere Island (Canada), 2013Armé de son Nikon D5 (qu’il privilégie pour sa cadence de prise de vue élevée et son mode déclenchement silencieux) couplé au NIKKOR 600mm f/4E FL ED VR ou au NIKKOR 800mm f/5.6E FL ED VR, sans lumière artificielle ajoutée, Vincent Munier joue avec les ombres, les espaces, les reflets, pour capter ces moments de vie, de beauté et de poésie. Ours et renards polaires, yaks tibétains, lièvres blancs, caribous, bœufs musqués, harfangs et panthères des neiges… Et même le fameux loup blanc, « fantôme de la Toundra » qu’il trouva après des jours de recherche dans des conditions extrêmes.

« Mon objectif est avant tout d’essayer de réduire le fossé entre l’homme et la nature » résume ainsi  Vincent Munier. L’homme n’a par ailleurs jamais caché son profond engagement, profitant de son exposition médiatique pour alerter l’opinion sur la situation actuelle en matière d’écologie et de biodiversité. Car, comme on dit, « there’s no Planet B ». A bon entendeur…

Pour suivre Vincent Munier :

Site
Facebook 

Paysage de la baie de la Madeleine, Spitzberg, 2014

Dans les coulisses de l'expédition Wild-Touch #Antarctica! initiée par Luc Jacquet, sur les traces de l’Empereur. Manchot empereur dans une immensité de blanc

Ânes sauvages du Tibet, Qinghai, 2012

Vincent Munier dans le brouillard de Banks Island (Canada), 2010.

Auteur

Journaliste, Curieuse, Baroudeuse, Couteau Suisse. Passionnée par le cinéma, la littérature, la photographie et la contre-culture. Bref, lire, écrire et courir, mais pas les trois à la fois parce que ce n'est pas pratique.

1 Commentaire

Écrire un commentaire

Retour en haut